03 - Diana W - D'un toit à l'autre

Il voudrait tant s’élancer d’un toit à l’autre. Il voudrait tant se mêler aux gamins là bas dans la rue et s’asperger d’eau et faire mille et une bêtises qui finissent en général mal. Il rêve non pas d’un ailleurs mais d’un ici plus libre, plus adulte, plus puissant, seulement il ne se donne pas la permission de se joindre à la bande de petits rebelles imitant les délinquants eux mêmes imitant les grands gangsters. Tony rêve de s’envoler de surmonter les interdits et de n’avoir ni voisins ni vis à vis. Il y a aussi de l’autre côté de la rue, cette fille, la soeur de son ami Mike, qui déjà sous son chemisier cache des trésors à découvrir, à faire admirer, à récompenser le chanceux qui oserait, qui osera le lui demander. Et ce ne sera pas lui, non pas encore, jamais peut-être, il faudrait tant de choses différentes, tant d’obstacles à éliminer, tant de toits à parcourir pour prendre l’élan du courage ultime, celui que son jeune corps en devenir lui réclame déjà, par des signes qui ne font que le paralyser encore mais qui bientôt, bientôt lui donneront des ailes en testostérone ! Et ce jour-là Donna et lui iront chez Mr Silverstein acheter un bijou, une bague en or ou or et diamant, Mr Silverstein est prêteur sur gage, tout le quartier le connait et le respecte, personne ne pique chez lui, car la plupart des objets exposés appartiennent aux mères de ses copains. Ce serait bête de voler ou vandaliser la petite échoppe, comme se tirer une balle dans le pied. Donna … il répète ce nom et chaque rayon du soleil de ce Printemps précoce le caresse joyeusement, Do-nn-aaaaaa C’est sûr ils iront chez Mr Silverstein car elle aussi le regarde cachée derrière les voilages de sa chambre, et lui sourit toujours le matin en arrivant à l’école.

Tony et Donna, Donna et Tony un jour c’est sûr.

En attendant il doit calmer ses désirs d’envol et de vols à l’étalage et de Borsalino et chaussures de prix, ces choses là ne riment pas avec rêves de famille et de pasta ragoût.

L’après midi ensoleillé le berce d’une douce torpeur, et après avoir guetté sur le rebord de sa fenêtre il se permet une brève sieste de lézard.

Le petit appartement s’anime, Mamma est rentrée et aura certainement besoin d’aide pour transporter et ranger les courses.

Tony l’aidera, dégustera la pasta quotidienne et ira se coucher après la vaisselle en famille, pour rêver à Donna et à leur futur envol des ailes aux pieds et voile de mariée déployé, par dessus le quartier, dans le ciel du Bronx, là où les rêves se réalisent malgré les gouttelettes de boue ou de sang qui les saliront, le prix à payer pour rêver.

Diana W.