05 A Catherine - Le repas noir exquis

Je veux balayer la poussière de mon bonheur éteint, en offrant à mon mari un agneau Pascal.Je n'en peux plus de patiner avec lui

J'ai le flanc rouillé et l'impatience des fous

Je tourne en rond avec un brouillard d'une rare opacité.

Bref, il faut que ça change !

Dès demain je vais lui faire un adieu dont il se souviendra !

Adieu bel ami, beau mari !

Tes viscères vont frissonner,

Ton oesophage va trembler

Et tes intestins connaître le supplice de la mue...

Je vais dès demain te servir, sur le plat fleuri de ta mère, une petite

''chiffonnade d endives'': je ne manquerai

Pas d'y semer quelques pincées de talc

Parfumé d'aneth

Dans ton pain que je vais mettre au four,

Je prendrai soin d'y joindre un soupçon

De round-up, mêle au piment d'Espelette : savante mixture qui va enflammer ton gosier....

Puis je te ferai chauffer un bon feuilleté aux noix, accompagné d'une sauce de Périgueux, parsemé de gingembre et de pimprenelle, et à laquelle je n'oublierai pas de délayer une once d'eau de javel,

...pas plus pas moins, juste ce qu'il faut pour que tu ne sentes rien

Pour le milieu du repas je te dresserai sur le grand plat de notre mariage,

Des belles tranches d'agneau Pascal

Avec des aubergines confites

Saupoudrées d'ail et de ciguë.

En dessert, mon petit mari,....

L'embarras des sucs gastriques risquant de s'annoncer avec douleur...

Je te servirai rapidement, sans attendre,

Sur ton assiette bleue que tu aimes tant

Une ''reine de saba'':

Le chocolat noir fondu aura été préalablement mélangé avec une petite pincée de mort aux rats...

Juste une pincée, juste ce qu'il faut pour que la débâcle de tes organes surgisse tel un volcan ouvert

Puis après une tisane aux orties et écorces d'orange, je t'aiderai à t'allonger sur le sofa du salon

Afin que le supplice de la mue fasse son ouvrage....

Que tu disparaisse de mon champ de vision, dieu merci !

Alors la tourterelle du parc annoncera

Dans un déchirement du ciel

Ton passage de l'autre côté...

Ainsi, toi qui m'a mis en pièces toute ma vie, à mon tour me voilà la reine du jeu des brisures :

Je t'aurai mis en mille morceaux,

Les intestins à l'ouest,

L'oesophage en feu,

L'estomac étriqué

Et le foie explosé.

Ainsi ma justice sera passée

Et je pourrai enfin dormir au calme.