07C - Charlotte R. - Amour

C’était un jour on ne peut plus normal, enfin presque car nous avions un rendez-vous ma famille et moi après mes cours. Je ne savais pas tout à fait à quoi m’attendre, mes parents n’avaient pas voulu me dire notre destination mais à leur excitation j’avais l’intime conviction que cela allait me plaire. C’est à ce moment précis où nos vies se sont retrouvées scellées à tout jamais.

En un regard, j’ai su que nous allions vivre des moments inoubliables, que ma vie allait en être chamboulée. Je ne sais pas si on peut parler de coup de cœur, de coup de foudre, j’étais bien trop jeune pour savoir ce que c’était. Mais ce qui est certain c’est que je me sentais poussée des ailes, j’avais envie de tout partager avec lui, de lui raconter toute ma vie et de savoir la sienne, que mon premier regard soit pour lui le matin et que nos journées soient remplies d’instants ensemble.

Bien sûr, il a fallu se découvrir, s’apprivoiser, construire nos marques. Chacun avait son caractère, ses forces, ses doutes. J’ai découvert quelqu’un de timide, réservé, mais qui au fond était plein de peps et d’une générosité sans pareil. Un peu comme moi finalement…

Nous nous sommes rapprochés au fil des jours, enlevant peu à peu notre carapace à mesure que la confiance entre nous s’installait. Très vite, c’est devenu mon pilier, mon repère dans l’obscurité, avec lui je me sentais capable de tout affronter. Il savait me réconforter et être là pour moi, tendrement, simplement. C’était mon meilleur ami, mon confident, mon partenaire de bêtises. Grâce à lui j’ai grandi, j’ai appris.

J’ai découvert ce qu’était l’amour inconditionnel, le besoin d’être avec l’autre, près de l’autre à chaque minute. Nous nous comprenions en un regard, les mots n’avaient aucune espèce d’importance entre nous, on lisait en l’autre comme dans un livre ouvert. C’était simple, c’était beau.

Mais dans la vie tout a une fin, c’est comme ça. C’est dur, c’est triste, on se sent seul, perdu. Et puis le chagrin s’estompe et on comprend que même si c’est terminé, notre histoire restera à jamais dans notre cœur. Personne ne pourra nous enlever ce que nous avons vécu, ces moments, ces souvenirs, ils sont gravés en nous. Ça a forgé mon caractère, ma sensibilité au monde et aux autres.

Avec cette histoire, j’ai compris que l’amour ce n’est pas seulement entre un homme et une femme, ou entre un enfant et ses parents, non c’est bien plus vaste. Finalement, l’amour n’a pas de frontière, pas de limite, il est partout, il suffit juste d’y prêter attention.

Il s’appelait Melckior, c’était un berger belge.