09A-Charlotte R- Où est ma carapace ?

Où est ma carapace ?

15 jours, 5 kilos. Les aléas de la vie ont laissé une trace sur toi. Tu es méconnaissable. Les meilleurs programmes de régime voudraient connaître ton secret, mais malheureusement tu ne peux rien leur divulguer, tu ne sais pas comment cela est arrivé. Tu ne reconnais plus ton reflet qui laisse entrevoir tes os maintenant, ton visage s’est creusé aussi… Le moindre contact te gêne, les personnes qui te touchent, l’assise des chaises que tu sens quand tu es dessus, le regard des autres aussi. Ton propre regard est tranchant car tu te sens mal dans ce corps à nu, sans protection. Tout te paraît hostile, dangereux, tu as l’impression que tu pourrais t’envoler, te briser en passant trop près d’un meuble. Tu te sens fragile, faible… Même quand tu essayes de relever la tête, d’aller de l’avant, tes vêtements te rappellent que tu n’es plus celui d’avant, pas la peine de se leurrer, tu ne fais plus illusion.

Tu n’es pas du genre à abandonner alors tu tentes les compléments alimentaires, les raclettes, le chocolat (avoue ça t’arrange bien celui-là), mais le changement ne s’opère pas… Que faire ? Pourquoi ces kilos sont partis si vite mais mettent si longtemps à revenir ? L’aiguille de la balance te nargue, elle ne bouge pas d’un iota. Ton esprit tourne en boucle, ne voit que ça, ne pense qu’à ça. C’est un cercle vicieux, tu le sais, mais comme un labyrinthe, pour le moment tu ne trouves pas la sortie. Les jours se suivent et se ressemblent, sans saveur, la balance a gagné le premier round…

Oui mais petit à petit, tu te rends compte que oui ton corps se marque au moindre contact, mais comme le disait La Fontaine « le roseau plie mais ne rompt pas », aussi frêle soit-il, il traverse vents et marées. Il en est de même pour toi ! On voit tes os, oui et alors ? Cela montre ta solidité à l’état pur, il n’y a pas plus résistant que ton squelette.

Tu choisis donc d’apprendre à connaître ce nouveau toi. Il semblerait que vous deviez faire un bout de chemin ensemble alors autant que ce soit le plus agréable possible. Après tout, ton poids ce n’est qu’un nombre, il ne faut pas lui accorder plus d’importance qu’il n’en a vraiment. C’est une donnée à prendre en compte, certes, mais l’essentiel n’est pas là.

Cette prise de conscience en amène d’autres, petit à petit. La fragilité que tu associais à ce poids en moins, n’est rien, juste une idée que tu te fais. Tu le remarques d’ailleurs lorsque tu essayes de te remettre au sport chez toi et que tu te lances dans du boby combat. Tu ne choisis pas le plus simple, mais tu veux te prouver que tu peux y arriver, que tu peux dépasser les barrières que tu t’es érigé. Le score revient à un partout, la balance n’aura pas le dernier mot. Tu décides aussi d’arrêter de mettre des vêtements larges, de te camoufler, les choses sont ainsi et si cela interpelle ton entourage et bien qu’il apprenne à faire avec où qu’il passe son chemin, tu ne pourras rien faire pour eux, mise à part leur montrer que toi, ça ne t’arrête plus.

Tu as le plaisir de retrouver ton amie la confiance qui s’était égarée en chemin elle aussi, et vous décidez de reprendre la route ensemble pour de nouvelles aventures. Pour sceller cette complicité revenue, rien de mieux que du shopping n’est-ce pas ! Car oui, l’excellente nouvelle de l’histoire quand même c’est que tu vas pouvoir refaire ta garde-robe !! Allez have fun.

Charlotte R.