10A - Bruno - Ode à la Joie

Alors que je m’affaire en un lieu solitaire

Tu t’approches de moi et saisit l’instrument

D’une main ferme et sûre agissant prestement

Avec plus de douceur que je ne saurais faire.

Tu t’appliques, ravie, alors que l’appareil

Résiste en durcissant sous les lents va et vient

De l’outil qui s’agite sous tes doigts divins

Et ton savoir-faire qui n’a pas son pareil.

Le moment est venu de recueillir le fruit

De cet ardent labeur accompli par ta main.

Ta langue frémissante se tend vers l’engin

Couvert du principe que ton art a produit.

Lorsque ta bouche avide glisse autour du manche

En longeant ses côtés ou perlent quelques gouttes

Du délicieux suc dont rien ne te déroute

Un frisson te parcourt le dos jusqu’à la hanche.

Te voici maintenant parvenue à l’endroit

Où la hampe s’achève et s’élargit, offerte

À ta langue de feu et tes lèvres ouvertes.

Je sens ton impatience à l’accueillir en toi.

Le désir dans tes yeux se lit et je te vois

enivrée de plaisir lorsque ta bouche fière

se referme gourmande sur la grande cuillère

De bois débordante de mousse au chocolat.