10A - Charlotte R. Allo le monde

10A- Allô le monde – Charlotte R

Révolution en son temps, il a permis de relier le monde entier. C’est une prouesse technologique permettant d’entendre la voix d’un proche même lorsqu’il est loin. Autrefois, avec une partie pour entendre et une autre pour parler, puis un cadran à tourner et un fil relié à l’électricité, et même le must pour les plus aisés, un téléphone avec lequel nous pouvons nous balader librement de pièce en pièce. Tout le monde en parle, tout le monde en veut, c’est devenu un indispensable. Très vite, il est partie prenante de tous les foyers, chacun attend son coup de fil avec impatience. Les années passent, et le combiné se fait plus léger, plus pratique à tenir, il finit même par loger dans une main et tient plusieurs heures grâce à sa batterie. Il gagne des fonctions aussi avec le temps, on peut y écrire des messages courts maintenant grâce à ses petites touches associées à des lettres, et même jouer à des jeux mythiques comme celui du serpent sur notre cher Nokia 3310. J’entends encore le bruit des touches, de cette sonnerie atroce et je revois les graphismes plus que simplistes de cet appareil. Ce temps me paraît loin, et pour tout vous dire je l’ai peu connu, appartenant à la génération z, la génération de l’ordinateur, d’internet et du SMARTPHONE. Oui ce descendant du téléphone, celui qui tient dans votre poche, et qui est greffé à la main de plus d’une personne. Toujours plus beau, plus léger, plus design, adieu les touches, bonjour l’écran XXL incurvé tactile. Véritable couteau suisse des temps modernes, c’est votre GPS, votre baladeur, votre coach sportif, votre banquière, votre appareil photo, votre kiosque à journaux… On en oublierait presque sa fonction initiale dans tout ça. Comme tous les couteaux, il est à double tranchant, et personnellement je ne me laisse plus avoir par son joli minois à plus de 1000€ pour certains. Ce trouble fête s’est immiscé dans nos vies, discrètement, sournoisement aussi, il nous a fait les yeux doux, nous a montré son potentiel, son utilité. Et puis, sans que l’on s’en rende compte, il nous est devenu vital, pas question de sortir sans lui, de ne pas le sentir près de nous, comment faire sans lui ? On ne va pas quand même pas mettre un pied dehors dans ce monde hostile sans ce précieux garde du corps. On peut oublier ses papiers, ses clés, ses lunettes de soleil, mais son téléphone, surement pas ! Il a une place privilégiée, sur la table de chevet pour l’avoir toujours auprès de nous et lui dédier notre premier regard chaque matin, sur la table au restaurant pour partager nos bons petits plats avec lui et montrer avec qui on est, dans le canapé pour se détendre, il nous accompagne même jusque dans les toilettes, c’est vous dire l’importance qu’on lui accorde. Nos proches aussi comptent sur lui, « Où es-tu ? Qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi tu ne réponds pas je vois que tu es connectée ? Tout va bien ? Ça fait plus de 5 minutes que je t’ai envoyé un message et aucune réponse ça m’inquiète, je prends ma voiture et j’arrive ». Bienvenue dans l’espionnage 3.0, merci la géolocalisation de mes applications préférées, et au revoir vie privée et plaisir de l’inattendue, de l’attente, tout cela n’est plus permis. Il faut répondre et vite, et si possible avec un hashtag, et un émoticône ! Pourquoi partager du temps avec nos proches, leur parler de vive voix autour d’un bon repas alors que l’on peut faire un facetime et voir leur vie sur Instagram, en plus leurs plats ne rendent rien du tout en photo, i-n-u-t-i-l-e. Parfois, au restaurant, dans la rue, dans mon canapé même, je lève le nez, je regarde le monde qui m’entoure et je ne vois que des gens absorbés par cet objet de malheur. Cela leur donne surement l’impression d’exister, de ne pas être seul, je les vois sourire, pleurer, heurter les autres aussi car ils oublient que leur bulle est virtuelle et qu’un monde les entoure. Je suis sidérée de voir que pour certains cela est devenu une drogue, qu’ils ont besoin de week-ends déconnectés, de zones blanches pour réapparaitre dans notre monde, enfin d’essayer car ils sont plus occupés à grimper sur les bancs, ou aux arbres pour avoir une petite barre, ou même juste la 3G à vrai dire… Pour rappel, ceci n’est qu’un objet, pas un organe vital, je vous jure, il est possible de vivre sans, oui oui !