10A-Béatrice Z- Leica mon amour

LEICA MON AMOUR

Nous deux, quand on s’est rencontrés, on s’est juré amour et fidélité.

Nous avons respecté notre engagement au-delà de l’imaginable, car le progrès a tout tenté pour nous séparer à vie.

Je t’avais follement désiré, j’enviais ceux qui te possédaient.

Mais trop jeune dans le métier, je n’avais pas encore les moyens de faire ton acquisition…

C’est venu comme ça, un jour quelqu’un m’a prévenue que ton propriétaire désirait se séparer de toi. Mon cœur s’est emballé lorsque j’ai su que tu valais une petite fortune que je n’avais pas ; alors j’ai vendu mon Solex; à mon « boulot » de laveuse-glaceuse-colleuse de légendes sur les photos de l’Associated Press –la plus importante agence de presse au monde à l’époque- j’ai ajouté des heures de baby sitting pour gonfler ma cagnotte ; et j’ai rencontré ton propriétaire… Te prendre dans mes mains comme si je tenais un nouveau-né, mais lourd, si lourd, quelle émotion ! Mon cœur a battu plus vite, le rouge m’est monté aux joues… L’homme qui se séparait de toi a vu mon trouble, il en était tout ému, une fraction de seconde j’ai pensé qu’il allait refuser mon argent !

M4, aujourd’hui tu passes pour un dinosaure ! Rectangle de 14 cm sur 7,5 cm, un boîtier d’acier brossé et de cuir grainé noir, avec tes deux fenêtres rectangulaires en façade, l’une pour le télémètre de haute précision et l’autre pour la visée ; ta mollette des vitesses, de la pose B au millième de seconde ; ta manette d’armement, si douce et silencieuse au déclenchement qu’elle a fait la renommée de ta marque, « LEICA » ; l’étrier support de flash ou de cellule ; ton système de chargement de film unique au monde ; ton « rideau », obturateur au bruit rond et soyeux…Et ton objectif, une merveille optique plus précieuse qu’un diamant… Tout a été conçu par des génies de la mécanique et de l’optique, les ingénieurs de Wetzlar ont assemblé centaines de pièces dans tes entrailles et que l’on ne verra jamais ! Vingt et unième siècle, tu fais toujours partie de ma vie…

Tes successeurs sont devenus « numériques », l’électronique sophistiquée s’en est mêlée, circuits imprimés, connexions, nouveau matériaux… évolution-révolution, même Hermès a tenté de mettre son grain de sel dans ta finition : cuir vert pomme, fiasco absolu ! Et grâce à ces fulgurants progrès, tu peux, malgré tout, tomber en panne sans aucune chance de t’en sortir sans un séjour à Wetzlar, cœur des ateliers sophistiqués où tu seras remis en état à prix d’or !

Le moindre boîtier du M10 coûte seulement sept mille euros ! Quant aux objectifs, il faut un sacré compte en banque pour faire l’acquisition d’un simple Summicron 50mm/f :2… il faut compter plus de deux mille euros !

Pour les « branchés », ceux qui croient se démarquer, c’est un « must » que de s’offrir ton boîtier en « noir », c’est d’un chic !

Toi, tu n ‘es pas comme moi, tu ne vieilliras jamais mais tu seras éternellement cette caresse unique, ce pincement d’émotion quand tu épouses totalement la paume de ma main.

Je t’aime, mon M4…

Béatrice Zeppilli