11A - Valérie W - Le trou

- Le troouuuu, là. Tu pourrais quand même faire attention ?

- Qu’est-ce que tu crois ? Que je suis passée in-ten-tion-nelle-ment sur ce trou, rien que pour t’embêter ?

- J’sais pas. Mais bon, tu pourrais quand même…

- Tu n’as donc rien d’autre à dire ? C’est ta seule conversation possible ? Faut que tu parles du trou de ce putain de carrefour ?

- Non, mais attends. J’dis pas que tu l’as fait exprès.

- Encore heureux ! Moi, ce que j’en dis c’est juste qu’on pourrait parler d’autre chose.

- Attention, le piéton là… Tu l’avais vu ?

- Bien sûr que j’l’avais vu, tu me prends pour qui ? Tu peux pas te détendre un peu ? Changer de sujet ?

- Oui, mais si tu pouvais mettre ton clignotant là, j’crois que le type là…

- Eh, oh !? Tu vas m’emmerder jusqu’où comme ça ? D’autant qu’on n’est pas encore rendus. L’aéroport, c’est pas la porte à côté.

- J’sais. Mais si tu m’avais laissé le volant, j’aurais évité le trou, mis mon clignotant et on se trainerait pas comme des limaces en vacances… Alice arrive dans moins de deux heures.

- Le trou, le trou, t’as qu’ce mot à la bouche. Et Alice, elle nous attendra si on est un peu en retard. Et encore…

- Encore quoi ?

- Encore… encore qu’elle dira rien à son petit papa tellement elle sera contente de le retrouver !

- Ouais, mais elle sera aussi contente de retrouver sa mère.

- Me raconte pas d’histoires, elle en a rien à foutre de moi. Y’a que toi qui compte.

- Bon, bon, admettons. Tu pourrais pas appuyer sur le champignon ? On va vraiment arriver en retard. D’autant que si je dois changer la roue…

- Tu vas pas encore me parler de ce trou ?

- Si tu insistes, parlons-en ! Tu sais bien que cette voiture est vieille et qu’au moindre cahot…

- Mais c’est pas un petit trou comme ça qui va la flinguer, faut pas exagérer. Non mais, je rêve, on parle encore de bagnole, de conduite ! Tu pourrais pas me parler d’autre chose, non ?

- Tu veux parler de quoi ? Ah non, pas la radio, je préfère pas. Tu sais bien que pour me concentrer, il me faut un habitacle sans bruit.

- J’fais des trous, des p’tits trous, encore des p’tits tr….

- Non, mais arrête quoi. Tu trouves ça drôle ? Et puis en plus, j’te l’ai déjà dit, tu chantes faux.

- Tu as besoin de te concentrer sur quoi, au juste ? C’est moi qui conduis !

- Justement…

- Comment ça, justement ? Ça fait des années que j’conduis, tout le monde me dit des tas de compliments, y’a guère que toi qui a tout le temps des commentaires à faire.

- ATTENTioon, là… Ah, tu l’avais vu.

- Ben oui, c’est un trou que j’connais, alors je l’évite.

- Alors pourquoi, l’autre, celui de tout à l’heure, tu as …

- Roulé dedans ? J’t’ai dit que je pensais à autre chose, j’l’avais oublié…

- A c’train-là, tu vas nous foutre dans le fossé. On prend trop de risques.

- Alors que quand c’est toi qui conduis, on n’en prend pas, peut-être ? Et puis, laisse-moi mettre un peu de chauffage.

- Tu sais bien que je supporte pas ça.

- C’est sûr, il faudrait pas que tu éprouves une quelconque frustration. Voilààààà, on se les gèle maintenant. Dis ? Tu pourrais pas me raconter quelque chose ? Sans radio, dans l’air « glaciaire », j’vais finir par m’endormir. Raconte moi quand on ira habiter au bord de la mer.

- Si tu pouvais mettre tes feux de route, j’vois rien.

- Mais les voitures qui arrivent en face, elles vont peut-être pas apprécier.

- Oui, mais il faudrait pas se prendre un chevreuil, un frigo, un migrant…

- Ah, ah, très drôle. Sur l’A1 ? Alors qu’on sort du périph ? Et pourquoi pas, un trou ?

- Bon ça va, je ferme ma gueule. J’dis plus rien.

- Mission impossible : Mr Phelps, si vous acceptez de vous taire, l’organisation niera avoir eu connaissance…

- Tu cites tout de travers, c’est pas ce qui est dit dans la série.

- Mais on s’en fout, ce qui compte… Tu m’énerves, j’ai perdu le fil. Moi non plus, j’dis plus rien. Et comme ça tout le monde est content. Non, mais on est où ? C’est quoi c’t’bled ? Quel trou du cul du monde… J’me demande si je me suis pas un peu perdue.

- Tu vois, si on avait mis le GPS, on y serait déjà. Tu veux pas me laisser conduire ?

- Siiiiii. Je vais te laisser conduire.

- Là, c’est mieux non ? Et voilà, on est dans les temps. Pffff ! Avec tout ce monde, comment on va faire ? Le panneau des arrivées, c’est où ? Mais, mais… où tu vas ? Qu’est-ce que tu fais ? Tu es folle ou quoi ?

- Bonjour Madame, le prochain avion, il part quand ? Air Liberté ? Cherbourg ? Une place, s’il vous plait. Non, pas de bagage.

- Mais, mais… tu n’as pas le droit de me laisser comme ça. Tu n’as donc aucun sens des responsabilités ?

- Toi, ta perfection, ta concentration, ta fille, ta clim, ton GPS, ta bagnole et ton sens des responsabilités, vous allez très bien ensemble. Moi ? Imagine… imagine que je vais tomber dans un trou sans fond. Pour longtemps, pour planer. Dans un trou d’air au bord de la mer.