12 - Pascale G - L'amitié déchue

Il m’est arrivé d’être déçue par des amitiés anciennes, c’est pourquoi j’ai envie d’écrire à propos des amitiés délitées et déchues. Fort heureusement j’en ai connu d’autres qui me donnent entière satisfaction à l’heure actuelle.

Dixit le petit Robert : « L’amitié est un sentiment réciproque d’affection ou de sympathie qui ne se fonde pas sur l’attrait sexuel ». L’amitié est donc de « l’amour amical ». Pour moi, l’amour et l’amitié sont des sentiments qui se ressemblent. On s’emballe, on est emballé l’un par l’autre. Les caractéristiques sont pratiquement les mêmes. La durée d’une amitié, comme celle d’un amour, dépend de la qualité et de l’authenticité du sentiment éprouvé. Si l’on est vraiment sous influence, ce qui est en général le cas, si l’amitié devient possessive, il vient un moment où l’on a envie de s’échapper, de reprendre sa liberté et cela peut prendre du temps.

Et puis on change, on évolue avec le temps qui passe. Mais l’autre semble rester le même, alors on n’est plus vraiment sur la même longueur d’ondes, on étouffe et on a envie d’autre chose ; on s’échappe, on se détache et l’autre finit par s’en rendre compte, il ne comprend pas et n’accepte pas. C’est exactement ce qui se passe en amour ! On ne comprend plus l’autre, il vous agace et vous fatigue. On se force un peu à le voir parce que l’on a vécu beaucoup de choses ensemble, mais c’est du passé et le présent est tout autre. L’incompréhension s’installe et fait souffrir plus ou moins l’autre, ce qui engendre du ressentiment plutôt que du sentiment. Alors l’autre n’acceptant pas cette réalité commence à interpréter et à « ruminer » des comportements ou des paroles qu’il n’a pas appréciés. La souffrance éprouvée mais pas forcément reconnue, finit par engendrer une certaine animosité, une rancœur pouvant aller jusqu’à la méchanceté, « on a mal, alors on fait mal ».

Il n’y a plus alors de dialogue possible. On arrive au règlement de compte pour terminer sur la rupture. C’est pénible et dommage mais inéluctable et incontournable.

L’amitié débouche alors sur l’indifférence et l’éloignement, c’est simplement une tranche de vie qui s’achève, un parcours qui se termine quelquefois au bout de longues années !

C’est la deuxième fois que je vis cette expérience... avec des amitiés de 30 ans et 40 ans ! Je n’en ai pas spécialement souffert, à part peut-être une certaine déception. En fait, j’ai plutôt éprouvé du soulagement qui n’entache pas les bons souvenirs vécus.

Pascale Grilliat