13 - Dans la peau de ...

Dans la peau de l’autre

"On n’apprend des vérités si fortes qu’en ayant soif, qu’en éprouvant l’amour et en mourant : trois activités qui nécessitent un corps." Avec sa plume inimitable, dans on roman Soif, paru en août 2019, Amélie Nothomb donne voix et corps à Jésus Christ, quelques heures avant la crucifixion. Elle nous fait rencontrer un Christ ô combien humain et incarné, qui monte avec résignation au sommet du Golgotha. Aucun défi littéraire n’arrête l’imagination puissante et fulgurante d’Amélie Nothomb, qui livre ici un de ses textes les plus intimes.

Voici quelques extraits de ce roman :

« Si je n'avais fréquenté que les autres disciples, j'aurais peut-être oublié que j'étais venu pour des gens comme Judas : les problèmes vivants, les faiseurs d'embarras, ceux que Simon appelle les emmerdeurs. (…)

Cela n'avait pourtant pas très bien commencé. Se rendre à une noce en compagnie de sa mère, c'est une expérience pesante. Ma mère a beau être une âme pure, elle n'en reste pas moins une femme normale. Elle me regardait en coin, l'air de dire, et toi, mon fils, qu'attends-tu pour prendre une épouse ? J'affectais de ne pas le remarquer.

L’instant se fige, il n’y a plus de temps, je ne sais plus qui je suis, ni ce que je suis venu faire, cela m’est égal, il y a ces grands yeux purs qui me regardent, je n’ai plus de passé ni d’avenir, le monde est parfait, que plus rien ne bouge, on est dans l’imminence de l’ineffable. C’est ça le coup de foudre, il va se passer quelque chose de gigantesque, une musique savante manque à ntore désir, mais cette fois on va l’entendre enfin.

— Ils n’ont plus de vin, a répété ma mère à mon intention.

Un gouffre s’est ouvert sous mes pieds. Quelle drôle de femme, ma mère ! Elle voudrait à la fois que je sois normal, mais aussi que j’accomplisse des prodiges ! (…)

J’ai toujours su que l’on me condamnerait à mort. L’avantage de cette certitude, c’est que je peux accorder mon attention à ce qui le mérite : les détails. (…) Ce qui disparaît quand on meurt, c’est le temps. Étrangement, il faut du temps pour s’en apercevoir. La musique devient l’unique chose qui permet d’en avoir encore une vague notion : sans son déroulement, le mort ne comprendrait plus rien à ce qui s’écoule. »

Proposition : Ce que je vous propose aujourd’hui c’est d’entrer dans la peau d’un autre à la manière d’Amélie Nothomb, pour écrire cette lettre ou cette page de journal qu’il ou elle n’a pas laissée ou pas eu le temps d’écrire. Vous prêtez votre plume en utilisant la première personne du singulier, le « JE ». Vous la laissez nous confier un moment de sa vie, un secret, une confidence, une indiscrétion, un secret politique en prenant soin de détailler les circonstances, le décor. Ça peut être drôle, émouvant, tragique, sensuel, interdit, transgressif c’est bien entendu intime, confidentiel, plausible mais pas forcément « historique »

Vous pouvez choisir : parmi les humains exclusivement, je précise…

Choix A : une personnalité célèbre de l’histoire du cinéma ou des arts…de Marilyn Monroe à Gengis Khan en passant par Galilée, Robespierre, Mata Hari, De Gaulle etc…

Choix B : Un ou une célèbre inconnu (e) inventeur, recordman ou recordwoman ou une personne de votre invention qui a vécu un moment particulier ou historique.

Pour vous donner des idées d'inconnues : https://www.ipnoze.com/femmes-redoutables-change-histoire/

Ce texte (3 ème de juin) sera à me rendre par mail samedi 20 juin. (Merci de ne pas oublier la ref de la proposition et votre nom sur votre texte en pièce jointe) je mettrai vos textes en ligne le dimanche 21 puis nous aurons une pause de l'atelier en ligne jusqu'au 6 juillet. Durant cette période vous pouvez faire les propositions précédentes que vous n'avez pas eu le temps de rédiger, je les mettrai en ligne également.