13- Pierrette C. Mona

Mona

Je regarde ce tableau de Picasso, Dora Maar, elle me ressemble, assise dans son fauteuil à balustre. J'observe Dora Maar comme on scrute la photo d'une lointaine cousine, à la loupe pour retrouver une ressemblance, une parenté. Picasso s'est peut-être amusé car elle louche mais elle a de l'allure avec ses longues mains aux ongles vernis et sa robe sexy... Au moment où j'écris ces mots je viens d'arriver à la maison, j'ai bu un vin chaud à la cannelle, j'ai allumé la lampe à huile et me suis installée à ma table. Je rentre fatiguée d'une longue séance de pause dans l'atelier de Léonard, sur le fauteuil à balustre, où je pose mollement mes mains sages, fatiguée de cette immobilité , fatiguée de sourire bêtement sans jamais rire franchement, (pourtant j'ai souvent envie de rire et cela se voit), fatiguée de porter toujours cette même robe verte à manches jaunes, cette même coiffure raplapla sous le voile austère de la mantille. Sans parler de ce teint d'une pâleur très catholique; Je n'ai qu'une envie: Bouger .

Oui, Léo et moi nous sommes très proches, mais je suis mariée et mère de famille. « activité temporaire dénuée de toute perspective de promotion » Léo a donc fait de moi une icône, une image que le monde entier admire, interroge .

La Joconde,est à lui,Joconde, ça rime avec tout le monde, mais moi, c'est Mona Lisa, ça sonne comme la madone, Madonna. Nous sommes deux . Moi j'aimerais bouger, enjamber la barrière, bondir hors du cadre, soulever ma longue robe de soie verte, le griffer au passage en riant à belles dents et lui tourner le dos.

Mon dos l'avez- vous seulement imaginé dans la rectitude chancelante de ma lourde robe? Agile, gracieuse, je m'en vais. Je danse , le cœur léger.

Un petit tour au musée du Louvre, il y a beaucoup de monde, je joue des coudes,me hisse sur la pointe des pieds, je m'approche, j'observe mon image que je ne reconnais pas. Plus tard, au musée Picasso, m'attend Dora Maar. Je la regarde, l'espace d'un instant je l'envie. Alors, après cinq siècles de sagesse confite et d'impatience contenue, je peins mes ongles et ma bouche en rouge et ma bouche dit «Oui», autour de mes yeux, juste un cerne noir pour souligner le regard , ... qui dit «Non»

Pierrette C