Jean-Pierre G - Août en Ardèche

La Soupe de la Mamée .

Rituellement , à l'issue des repas de famille et autres cousinades, je suggère de raconter la fameuse histoire .........."de la Mamée !...enchérit l'aîné des petits enfants.

Bondissant, il capture le micro et comme au cirque fait l'annonce:

"Et maintenant ,mesdames zé messieurs, mon papé chéri va vous raconter -des fois que vous seriez

Alzheimer - La Soupe de la Mamée...........qu'elle est trop bonne !

..........et nous on s'en va jouer dehors !..."

En Haute Ardèche fin des sixties :

Jeannot, instituteur "à la ville" et sa Catherine habitent le trois pièces communal ,modeste logement de fonction.Chaque dimanche ils rendent visite à Mamée là haut où l'on croise parfois un aigle.

La vieille 4cv Renault, héritée du Papé ,assure le service mais le moteur chauffe dans les lacets entre vignes et vergers.En fin de journée ,au moment des adieux , Mamée les presse d'emporter "à la ville " quelques légumes du potager pour la soupe du soir .Cultivés au naturel "c'est quand même meilleur !"

La semaine suivante, Mamée enquête:" Alors elle était bonne la soupe ?...

- Té ! Elle était bonne mais sans plus ...répond Jeannot.

– Pour sûr rétorque la vieille, c'est à cause de la Javel ,en bas « l'eau elleu sent la Javel moi je

vous dis !... »

Au moment des adieux Mamée intervient :

-Eh mes enfants,je vous mets une cagette de bons légumes et toi mon Jeannot tu emplis la Dame Jeanne avé l'eau de la source .

On redescend, Jeannot met le couvert, coupe le pain et Catherine s'active à la gazinière.

Jeannot s'énerve sur le moulin à légumes ; la soupe prête on se met à table ,un bon morceau

de fromage de chèvre et l'on gagne le canapé Camif pour voir le journal de Roger Giquel (requiescat in pace ).

Dimanche suivant, la Mamée :

-Alors mes enfants ???

Catherine :

-Oui elle était très bonne la soupe !

Jeannot :

- Mais elle avait pas le goût de la tienne Mamée !...

- Té ici elle est faite à la cheminée avé le bois de castagnier (châtaignier )

On redescend une brassée de bois d'ici, Jeannot passe un moment à rouvrir l'âtre condamné depuis la guerre ,et vers minuit, dans la pièce enfumée, mais cuite au chaudron, on déguste la soupe ........

Le week-end suivant, c'est Fête des Mères et la Mamée contrainte et inquiète accepte de descendre la faire elle même cette soupe ; Catherine en larmes,s'était réfugiée dans la chambre quand le ton

était monté,quand Jeannot énervé l'avait traitée d'incapable tout juste bonne à ouvrir des boîtes !...

La Mamée se met au travail ,on verse l'eau dans le chaudron,on recharge le feu avé les bûches de là bas.Enfin c 'est cuit, l'odeur de poireaux emplit la pièce .La soupe est prête, Jeannot a dressé la

table, sorti la belle nappe des jours de fête et Mamée a ôté son tablier bleu.

Chacun se regarde après la seconde cuillerée.

Catherine :

- Alors Mamée ,comment vous la trouvez ??

- Té ,elle est pas mauvaise ......!

Jeannot :

-Pas mauvaise ,mais ...??

- Hé bé mes enfants ,vous direz ce que vous voulez........mais

« ELLE EST PAS BONNE COMME LA BAS ! »

d'après Jean Pierre Chabrol.