15A - Pierrette C- Cette famille

Cette famille

La longue galerie où sont alignés les portraits, interminable, toute une ribambelle, ils défilent à la queue leu leu, tous semblables, un air de famille ...des tronches .

Dans la famille Ronchon je voudrais le père,

_Je passe

_Le grand père

Bonne pioche ! Quelle tête de pioche celui là , avec sa crinière blonde on aurait dit les blés et ce regard bleu clair qui faisait honte au ciel, sous le traditionnel béret basque posé là comme une galette de seigle , une caboche,et grande gueule avec ça ! Un dur à cuire Un héros de la guerre, la vraie, celle de 14, Verdun, le chemin des dames...

Un vaillant, un dégourdi un rusé qui ne savait pas lire mais qui savait compter, et qui aimait dompter commander, régner .

Une blouse de fil noir ,un bâton de noyer, il attelait la mule et en route pour la foire.

L’argent, les sous, le blé, grand père aimait l’oseille. Les liasses de billets lisses flambants neufs débordaient du grand porte-feuille de cuir fauve.

On comptait, recomptait avec le bout du doigt ,on retenait son souffle ,c’était sérieux,un peu mafieux , les feuilles glissaient les unes sur les autres dans un froufrou soyeux et un petit bruit sec de claquement de langue, ...délicieux !

Dans la famille Ronchon je ne veux pas d’autre homme.

Un vieillard tendre qui aimait les gâteaux et ses petits enfants, s’intéressait de très près à nos résultats scolaires . Il prévoyait pour moi une carrière brillante d’institutrice ; ce qui représentait à cette époque une réussite incontestable, une entrée dans la connaissance et enfin une revanche qui honorerait toute la lignée .

Dans la famille Ronchon je ne veux pas d’autre grand -père.

Pierrette C