16A - Pascale P - Gratitude

Voici ce que je dois à chacun de ceux qui m’ont permis de parvenir à ce que je suis maintenant à l’aube de mes 79 ans.

- De mon père – l’honnêteté, la droiture et la franchise, le courage avec lequel il a réussi sa vie professionnelle, la curiosité dans tous les domaines, la connaissance de la peinture et de la musique, le goût de la lecture, l’amour de la nature et de la beauté.

- De ma mère – la disponibilité, la générosité, l’envie que tout le monde soit heureux autour de moi, l’esprit de famille, le sens du devoir, l’optimisme, la faculté d’adaptation à toutes les situations.

- De Jacques, mon second mari – le véritable amour, le réveil et l’épanouissement de tout ce qui était cadenassé en moi, la confiance en moi, m’accepter comme je suis pour finalement m’aimer afin de pouvoir aimer les autres, savoir relativiser et prendre de l’altitude par rapport aux événements.

- De ma tante Marie-Louise ou Tantine – la gentillesse, le goût des saveurs authentiques et raffinées d’une cuisine faite avec amour.

- De mon directeur de chez Christofle – il m’a fait confiance au moment où j’en avais le plus besoin et m’a appris qu’il fallait ne compter que sur moi pour réussir ma vie professionnelle tout en sachant collaborer avec les autres, se méfier des flatteurs, ne jamais être découragée.

- Des amis - ils peuvent devenir des ennemis lorsqu’ils deviennent trop possessifs mais ils m’ont appris à savoir écouter.

- De mes enfants - ils ne savent peut-être pas encore combien ils m’aiment parce que je suis encore là !

- De mes petits-enfants – ils m’ont fait découvrir mon rôle de grand-mère puisque je n’ai pas connu les miennes, le partage avec eux de beaucoup de choses en essayant de leur transmettre mon expérience de vie.

- Des patients de l’Unité de Soins Palliatifs – ils m’ont sûrement plus apporté que je ne leur ai donné dans cette relation humaine très spéciale de fin de vie où l’on n’est plus « en représentation » mais vraiment tel que l’on est avant le «lâcher-prise », ils m’ont fait aimer encore plus la vie qu’ils allaient perdre !

- De Marcel Proust – la couleur et la musique des mots.

- De Richard Wagner – l’éveil des sentiments passionnés qu’il s’est évertué, avec génie, à mettre en musique et à chanter, la découverte de l’extase des passions que l’on ne peut décrire avec des mots et que seule, la musique, peut faire pénétrer au plus profond de tous les êtres parce que c’est un langage universel.

- De tous les autres compositeurs – ils m’ont fait découvrir le monde magique des émotions.

- De tous les livres que j’ai lus – ils ont nourri mes réflexions et m’ont fait grandir intellectuellement.

Pascale Grilliat