16A-Diana W .Inoubliables suggestions

« Tiens bon »

J’ai tenu bon depuis l’état foetal jusqu’à celui de pré-sénescence actuel et je me demande si tout cela aurait eu la même fragrance et goût de fiel si ce conseil ne s’était pas infiltré dans mon liquide amniotique et n’avait envahit mon être en devenir … Tel Pablo Neruda Je confesse avoir vécu et j’ajoute dans l’élan du désespoir fatigué voulant la Paix je ne regrette pas cette obstination de moule accrochée à sa vie coûte que coûte.

J’ai appris à survivre et à perdre ce qui me parait en fait LA GRANDE LECON DE LA VIE non ?

De vous Carmen j’ai tout appris je crois en ce qui concerne l’incontournable légèreté de la vie. Tout sauf mentir, art que vous maitrisiez si naturellement et dont j’envie encore les ennuis dont ce talent vous a éloignée !

Tu peux aussi te taire, m’aviez vous dit un jour de mes 20 ans et Oh miracle je vous ai écoutée et suis toujours votre conseil souvent souvent oui oui et pense à vous qui m’avez donné le goût du vent dans les cheveux et celui du sport jubilatoire. Où que vous soyez continuez à charmer votre auditoire de ces histoires belles de n’être pas plausibles.

De toi Niki j’ai reçu et par la suite consolidé mon goût pour la démesure et et la confiance en la vie éternelle de notre esprit donc de notre éternelle jeunesse. Tu as su magnifier le corps généreux, plantureux carnivore et charnellement puissant des femmes que nous sommes, nos plis et rondeurs cachant tous les délices de l’éternel et doux féminin dont comme par hasard nous n’avons jamais eu la joie d’être enveloppées lors d’une enfance bâclée nous ayant laissées nous les NANAS de ton imaginaire d’enfant sevrée d’amour maternel au bord du chemin de l’anoréxie transformée par notre faim inextinguible d’amour en boulimie.

Merci à toi, à ton génie, à ta force et à la confiance en moi que je te dois !

Aux auteurs, philosophes, dessinateurs humoristiques, biographes de Fées et autres qui m’avez accompagnée toute ma vie et partagez encore et toujours mes moments de joies solitaires Merci pour vos mots mélodies de talents, jus de pensées enivrantes et insensées parfois Merci de votre génie du mot juste ou justement déroutant qui me pousse parfois à voir la vie, la mienne mieux à travers vos phrases qu’au travers du prisme de mon esprit.

Et à Toi l’Amie qui aide à invoquer ce que je n’aurais jamais pu aller chercher au plus profond parfois Merci d’avoir ouvert une belle partie de ton coeur déjà si plein d’amour à l’écoute de ceux qui comme moi ne pensaient n’avoir rien à écrire les concernant et se réfugient comme je le fais dans des mondes parallèles car le monde réel est trop indéchiffrable !

A toi Sybille maitresse d’un Atelier poly talentueux ma Reconnaissance éternelle.

Diana W.