23B - Séverine L

Rétroviseur

Elle posa les mains sur ses genoux, fit jouer ses doigts douloureux.

C’était bientôt fini. En tout cas cela en avait l’air.

Elle était bientôt au bout de sa vie.

Ou peut-être pas.

Trop tard en tout cas pour recommencer. Trop tard même pour commencer, car avait-elle commencé un jour ?

D’ailleurs que voulait dire bientôt, ou déjà, ou trop tard ?

Que voulait dire commencer, quand il s’agit de sa vie ? Recommencer ? Faire sa vie ou la refaire ? pfft ! Bêtises que tout cela….

A quel moment sa vie avait-elle dérapé, pris le mauvais virage, le mauvais visage, raté la bonne issue ?

Enfant, elle ne rêvait que de grandir.

« Quand je serai grande, je ferai... »

« Quand je serai grande, je dirai… »

« Quand je serai grande, je serai... »

« Quand je serai grande, il y aura ... et alors je…. »

A quel moment était-elle devenue grande ?

D’ailleurs l’avait-elle été un jour ?

Etre grande, la belle affaire ! Qu’est-ce que cela voulait dire ?

« Être grande »…. En taille ?

Elle l’avait toujours été, de la maternelle au lycée. Puis elle ne le fut plus, seulement de taille moyenne.

Etre grande en âge ? « Etre grande, disait sa mère, c’est être raisonnable, obéir et ne pas chercher midi à quatorze heure. Etre grande c’est se résigner. » Alors elle ne fut jamais grande.

Assumer ses responsabilités ? Cela, c’était venu très tôt. On peut même dire qu’à ce jeu-là elle était dans la catégorie « géantes », assumant même parfois celles qui ne lui incombaient pas. Au point de finir par croûler sous leur poids.

Oui, finalement, elle avait dû être grande, bien qu’elle se sente toujours tellement, tellement petite.

Elle avait sûrement été grande un jour.

Pourtant, rien ne s’était passé comme elle l’avait prévu.

Elle pensait avoir tout planifié, elle avait eu toute l’enfance pour le faire.

Son mariage fut raté, elle n’avait pas su choisir. Peut-être que ça aussi, ça l’avait fait grandir.

Tant pis pour l’amour, elle réussirait à mener ses enfants vers le bonheur.

Elle mit donc ses aspirations entre parenthèses et s’occupa à faire grandir ses enfants.

« Quand les enfants seront grands, je ferai... »

« Quand les enfants seront grands, je dirai… »

« Quand les enfants seront grands, je serai... »

« Quand, les enfants seront grands il y aura ... et alors je…. »

La fierté du devoir accompli ne parvint pas à masquer la tristesse de leur envol.

Elle combla avec des jeux, des occupations dont elle avait toujours rêvés.

Pendant un temps, car assurer son travail lui demandait de plus en plus d’énergie. Elle lâcha peu à peu.

A quel moment cesse-t-on d’être grand pour devenir vieux ?

« Quand je serai à la retraite, je ferai... »

« Quand je serai à la retraite, je dirai… »

« Quand je serai à la retraite, je serai... »

« Quand je serai à la retraite, il y aura ... et alors je…. »

Et un jour elle le fut.

Puis en ouvrant les mains sur ses genoux, elle s’aperçut que sa vie avait disparu, comme un morceau de sucre qu’on s’efforce de rincer dans un torrent de montagne.