25C - Diana W. La main humaine

La main humaine

Son atelier est vaste, si vaste qu’il n’en perçoit pas les limites

Son monde intérieur aussi

Vaste et plein d’embûches, surprises, émerveillements

Son quotidien créatif et imprévu

Il s’approprie les environs et ceux au-delà

L’homme premier, celui qui nous précéda dans le geste

Dans le perfectionnement de l’abstrait

Dont les mains furent le trait d'union entre la conception et la réalisation d’une fulgurante idée.

Ses fils, et autres descendants mirent des millénaires et bien plus pour

perfectionner et sophistiquer ses gestes initiaux

Perfectionner non, plutôt se servir d’instruments plus adéquats

Car l’idée du génie de la matérialisation de l’abstrait était déjà

tout entier dans les premières facettes des pointes de flèches

Celles qui avant d’être martelées avaient du être pensées et pesées

Le cerveau guidant la main guidant l’idée guidant l’objet achevé dans sa finalisation

De nos jours cette perfection du geste, étayée par l’extrême finesse de l’outillage continue à nous éblouir.

Anvers, où des têtes penchées sur un geste chirurgical à l’assaut de la perfection de la coupe d’une gemme, fait penser au têtes chevelues hirsutes qui à la lueur d’un feu graisseux émanant d’un os se consumant doucement nous ramène à la seule conclusion possible …

Tout était là dès le Commencement des Temps

Nos ancêtres déjà savaient sans le savoir ce dont ils seraient capables de réaliser, si et seulement si ils se laissaient aller à leur pléthorique imagination en faisant confiance à leur instinct

Suivre la lumière de l’Esprit

Suivre la Sagesse de la Folie

Et se laisser guider par le Geste prémoniteur de la perfection manuelle.

Développement et déroulement d’une conception

Diana W.