26 - Aline L - Eloge de mon ombre

Eloge de mon ombre

Quand je suis née elle attendait son tour

Mon petit corps élastique passait de bras en bras

Un beau jour je me tins debout

Bien plus tard me vint la marche et c’est là qu’elle fit son entrée

Un jour d’incandescence printanière je la remarquai

Elle se tenait à mes côtés, étendue sur le gazon

J’avais un double silencieux qui partout me suivait

Et s’effaçait dans le couvert d’un arbre ou d’un ciel nuageux

Je courrais elle aussi, je m’asseyais elle se faisait petite

Je grandissais, elle aussi

Et pourtant jamais de soupe dans son écuelle

Ni rien d’autre d’ailleurs

Était-ce une fée ? Une sorcière ? Un ange gardien ?

A l’âge où l’on raisonne je l’appelais de son nom

Mon ombre

Tête folle elle tourna de bras en bras

Se lova dans les draps de mes amours

Au plus intime

Jamais rebelle toujours fidèle

L’âge venant elle se voutera

Puis se couchera

Au dernier souffle

Elle me prendra la main

Et nous danserons

Au Royaume des Ombres

Aline