27C - Dominique B - Le Musée

Bonjour, je suis Nau-Oinne 21//*68ZK37L5687#0000, l’un des employés du Musée des Hominidés. J’ai été désigné pour vous informer. Vous pouvez régler individuellement le niveau sonore de ma voix. Je développerai pour vous les items suivants :

- Ce qui a inspiré les créateurs de ce musée

- Les thèmes abordés dans ce musée

- Les publics visés

- Les niveaux de fréquentation

Nous débuterons par une visite guidée accompagnés de chaque responsable de secteur. Aucune interruption de votre part n’est prévue.

Un bref historique tout d’abord.

En mars 2150, des fouilles archéologiques ont mis à jour une construction souterraine qui abritait des milliers de boîtes métalliques rondes, des disques brillants et troués au centre datant du siècle dernier. Les ingénieurs du Ministère de l’Intelligence Suprême ont su fabriquer les outils nécessaires au visionnage et à l’écoute de ces archives, par ailleurs extrêmement bien conservées. Les Hominidés se montraient parfois très malins. Nous avons donc pu réunir nombre d’exemples de la vie de cette époque lointaine et révolue. Le Ministère de la Planification de la Distraction a pris le relais et il fut décidé de créer ce Musée des Hominidés afin que les habitants du Territoire de la Paix Suprême puissent se divertir et, en outre, apprécier la chance qui leur est offerte de vivre paisiblement aujourd’hui. Des commissions furent nommées pour définir et délimiter les domaines à présenter au public. En effet, certains pans de la vie des Hominidés ont été exclus en raison de la violence de certaines idées qui auraient traumatisé le public. Les élections, les voyages, les matchs de boxe, les night-clubs, les manifestations, les restaurants, les cheveux longs… autant d’éléments subversifs et perturbateurs que nous pouvons nous vanter d’avoir supprimés. Inspirée d’un reportage des années 1990 montrant dans une ville nommée Amsterdam, bien sûr détruite depuis, des femmes offertes dans des sortes de vitrines, l’idée de présenter des scènes de la vie d’antan dans des « box » fut adoptée par les membres du Gouvernement Suprême. Dès lors, chaque commission se dédia entièrement à la mise en forme du sujet qui lui était attribué. J’ai fait partie de la Commission chargée de la mise en place de la box « Peuplades sauvages » d’où mon surnom : Geronimo. Cela fait rire tout le monde. Je dois souvent expliquer que ce n’est pas vraiment un nom mais seulement des syllabes réunies sans aucune signification, une coutume ancienne des Hominidés abolie depuis longtemps.

Vous verrez tout au long de la visite la diversité des sujet abordés dans les box.

Je vais vous présenter celles qui retiennent et enthousiasment les visiteurs le plus fréquemment.

Une première box est consacrée à la Ménagère, représentée par Simone : utilisation d’un aspirateur, épluchage de légumes, lavage de la vaisselle, repassage… autant d’activités complètement inconnues de nos concitoyens. Vous pourriez les entendre rire devant l’accoutrement de la Ménagère, son tablier à fleurs les intrigue énormément. Ils ne peuvent imaginer sa fonction. Quant au repassage, nous ne réussissons que rarement à leur faire comprendre son utilité. L’épluchage des poireaux remporte aussi un franc succès.

La box suivante est consacrée au Vélo. Poupou est son manager. Cet engin sommaire étonne beaucoup. Pédaler n’existe pas dans notre vocabulaire actuel. Ils miment souvent la position du cycliste et certains osent même essayer les modèles mis à leur disposition sur des trépieds pour se garder de toute chute. Cela ne dure jamais longtemps, c’est vraiment inconfortable et fatigant.

Nous arrivons maintenant à la box Librairie. Des livres du sol au plafond, sur des tables aussi, et trois figurants : deux hommes vêtus de pantalons longs et de T-shirt à manches courtes, Marcel et Julien, une femme arborant une robe courte à bretelles, Marguerite. Ils feuillètent, prennent puis reposent les livres. Ils s’assoient parfois dans l’un des fauteuils, font semblant de lire et tournent les pages. Les habitants restent souvent perplexes se demandant à quoi servent ces objets bizarres, lourds et encombrants. Lorsque le guide dédié à cette box, Bernard, leur explique que les livres étaient faits de papier imprimé, l’incrédulité, voire l’incompréhension, se lisent dans leurs yeux.

Passons à la box Surf, supervisée par Kelly. Afin de ne pas dérouter les enfants, nous avons dû raccourcir les cheveux ébouriffés des surfeurs pour que leurs coiffures correspondent à l’une des coupes autorisées par le Conseil de la Norme Capillaire. Debout sur leurs planches, les sujets glissent sur des vagues virtuelles parfois impressionnantes. Les concepteurs ont ajouté quelques requins menaçants qui font frémir et hurler le jeune public. Les adultes s’étonnent plutôt des peaux bronzées et ruisselantes des sujets.

Avant-dernière box, celle consacrée aux Voitures, pilotée par Rolls et Royce. Il parait que ce choix est humoristique. Mais je ne suis pas programmé pour comprendre l’humour. Cette exposition de véhicules obsolètes ne laisse pas d’étonner. Il nous faut reconnaître la difficulté d’imaginer ces tôles colorées servant à se déplacer, qui plus est, en restant collées au sol. Bizarrement, les hommes stationnent devant les voitures plus longtemps que les femmes. Cette constatation fait l’objet d’une étude par la Commission d’Observation des Comportements.

Dernière box en ma compagnie, celle de la Procréation Primitive, chapeautée par Condom. Dans une pénombre minutieusement dosée, un lit à l’ancienne comprenant sommier, matelas, drap et couette accueille un homme et une femme dont on devine la nudité, sans rien en voir bien sûr. Seules têtes et épaules émergent et on peut discerner leurs agitations conjuguées dont le rythme peut varier au cours de l’exercice, jusqu’à la grimace finale de l’homme, Rocco, et l’épuisement manifeste de la femme, Tabata. Seuls les adultes de plus de 50 ans peuvent assister à cette démonstration. Ils sont généralement effarés par ce corps à corps brutal, sauvage, bestial même.

Je vais maintenant vous proposer des casques individuels pour continuer la visite guidée. Ne manquez pas la salle de visionnage d’archives telles « Le déjeuner des crocodiles », « Le match de foot » qui fait rugir de rire les spectateurs devant le spectacle ridicule d’hommes courant après un ballon. Les visiteurs restent médusés devant « Tigres dans la neige » avant qu’une averse de neige artificielle ne les surprenne. « Mouches, moustiques et abeilles » diffusé en 3D les effraie et ils s’enfuient rapidement pour échapper à leurs frôlements et bourdonnements menaçants. Terminez par « Promenade en barque » qui vous chahutera un peu mais sans aucun danger.

Un dernier mot quant à la fréquentation du site : nous affichons complet chaque jour. Il suffit de se connecter au serveur pour obtenir un rendez-vous attribué de manière aléatoire. Les employeurs sont prévenus automatiquement de l’absence programmée de leur employé. Le dimanche est réservé aux scolaires auxquels nous proposons un programme sélectionné pour eux avec, en fin de parcours, un espace spécialement aménagé au sein duquel ils peuvent découvrir « les jeux de jardin d’antan » tels que toboggan, balançoire ou ballon sauteur. Ils sont bien sûr entourés d’animateurs spécialement formés qui assurent une totale sécurité.

Lors de votre connexion à la borne de contrôle de sortie, si vous êtes habilités à poser des questions, il vous sera remis un fichier comportant la liste de celles autorisées. N’oubliez pas de remettre votre projet de publication au Conseil de Révision de l’Ecrit sous 24 heures.

Votre véhicule programmé pour un retour direct à vos espaces de travail vous attend au quatrième niveau Ouest porte 12.

Ite…

Que la Paix Suprême soit avec vous…