27A - Jean-Pierre G - Motus

MOTUS … !

Ils sont quatre pas un de plus. Tard en soirée, ce quartier calme de Versailles en lisière du château s’anime de rares voitures mais étonnamment peu de reporters en cette fin de semaine en pleine pandémie. Les commerces viennent d’obtenir le feu vert et, comme prévu, les foules se sont précipitées pour les achats de Noël, les chaînes TV passent en boucle d’affligeants micros-trottoirs, ces vacances d'hiver vont offrir quelque répit aux écoliers las de dures contraintes. On attend une neige qui ne vient pas.

Ce vendredi, un débat en « prime time » a mis face à face deux poids lourds des médias, autoproclamés philosophes qui, à défaut de s'entendre écoutent leur ego en écho : l’animatrice a fort à faire et se prend les pieds dans le tapis pour en guise de conclusion oser cette boutade :

- Si je résume, messieurs on peut dire sans trop se tromper que," plus c'est gros et mieux ça passe " Rire gras de Régis qui ponctue d'un « Comme eût dit le bien aimé Président Chirac ! » ce qui provoque ce commentaire grinçant de Michel « Bien aimé c’est vous qui le dites, il a surtout flatté le monde rural sans la moindre réelle vision »

Générique de fin.

Isolement de rigueur pour le Président qui en tenue décontractée communique en direct ses bilans santé via les réseaux sociaux.C'est pourtant dans cet intermède confiné que va se jouer sa réélection.

Il le sait.

Comme ses prédécesseurs il feint de ne pas se soucier de la suite et comme eux met tout en place pour se voir reconduit dans un second mandat en dépit des sondages. Il entend profiter de cet aparté sanitaire pour élaborer dans le plus grand secret un montage audacieux, risqué mais payant.

S'il réussit, un boulevard s'ouvre pour 2022.

S’il échoue, c’est le Titanic pour l’équipe au pouvoir et la mort de nos institutions.

Deux conditions : fiabilité des intervenants et mise à l'écart des organes de presse.

Accueil par le Président des quatre protagonistes :

L’ancien chargé de communication de l’Elysée reconverti chroniqueur politique, respecté et efficace, un médecin commandant de parachutistes qui fit ses preuves dans l’opération Barkane, une ancienne ministre venue de l’agroalimentaire et « un informateur bulgare » fin connaisseur des pays de l'Est colonel démis de ses fonctions depuis peu.

A son arrivée à la Lanterne vers 23 h, chacun a dû remettre téléphone et ordinateur à l’officier de garde. Après les précautions sanitaires en vigueur, une collation est proposée : champagne Gosset, vérines Picard, thés Mariage, jus de fruits, etc...

Les entretiens sont filmés, le président assure qu'il en sera fait bon usage et chacun comprend que ces enregistrements constituent de potentiels moyens de pression, on est en territoire connu, les mots ont un sens.

Disposés devant lui, son stylo, quelques notes manuscrites, sa montre et une bouteille d’eau.

« Madame, Messieurs bienvenue, merci d’avoir pris sur votre temps libre, voici l’objet de notre rencontre qui est du niveau confidentiel défense. Nous sommes ensemble jusqu’à demain soir vous serez hébergés comme tous mes hôtes de qualité dans les dépendances du Domaine. Vous ne communiquerez aucun élément de cette rencontre à vos proches, famille ou collaborateurs, aussi ai-je totale confiance en vous.

Nous n’allons pas gagner cette guerre de la Covid avec nos modestes outils traditionnels. Les laboratoires anglosaxons nous ont doublé et majoritairement les Français sont hostiles - au mieux réservés - à l’égard des vaccinations ; l’épisode des gilets jaunes m’a convaincu que l’on ne peut les contraindre or il faut remettre l’économie en marche, éviter d’autres phases de confinement et empêcher à tout prix l’avancée de thèses complotistes pernicieuses.

- Vous avez un plan M. le Président où vous sollicitez nos avis demande l’ancien attaché à l’Elysée ?

- Ce plan cher ami, le voici : il va nous falloir vacciner près de la moitié de nos concitoyens d’ici la mi-mars et ce en toute discrétion.

- En somme, à l’insu de leur plein gré selon l’adage » note l’ex-ministre tout sourire.

- L’enjeu est tel que l’objectif à atteindre doit faire fi des moyens mis en œuvre. J’ai évalué la stratégie et souhaite, avec vos éclairages différents, explorer risques et avantages des divers scénarii sachant que l’on n’a plus droit à l’échec. Les Français en ont assez de ces rebondissements, et les sondages laissent bien peu d’espoir…

- En somme tel Napoléon devant Moscou, il vous faut aller de l’avant ou disparaître » note le commandant d’Infanterie de Marine tout en griffonnant des coronas sur son carnet à spirale.

Le président poursuit :

- Bien que mes faits d’armes soient fort réduits, j’ai souvenance que Napoléon battit en retraite laissant son armée exsangue, or il faut éviter l’enlisement « quel qu’en soit le prix » et donner aussi un exemple positif à nos partenaires européens. Toutes ces nations attendent de nous un signal fort…

Une soudaine quinte de toux l’interrompt, les regards des quatre “invités” se croisent derrière leur masque, l’aide de camp surgit et tend une boîte de kleenex.

- Non merci capitaine ça va passer ! Donc je compte sur vous, vos expériences dans des domaines variés mais complémentaires pour élaborer un modus operandi dont la mise en œuvre sera discrète, rapide, efficace. Je vous laisse travailler, j’ai un rendez-vous téléphonique dans 10 minutes avec le premier britannique, la situation au Royaume Uni est alarmante.

Le président prend congé et nos quatre experts se regardent en silence un moment.

L’ami bulgare interpellé par l’ex-porte-parole élyséen :

- Si mes souvenirs sont bons nous étions ensemble à Moscou lors du sommet des 10, tu étais l’interprète du Président russe ?

- Exact et toi tu gardais les téléphones du Président français.

Tous les quatre se dirigent vers le mini buffet, on termine le champagne bien au frais dans ses derniers glaçons et les vérines disparaissent. L’aide de camp remet à chacun les clefs de sa suite, on sort prendre l’air, une lune montante passe un œil entre deux nuages, silencieuse, une chouette surgit de nulle part et se fond dans la nuit ; bientôt une à une les fenêtres s’allument.

L’aide de camp ouvre grand les portes-fenêtres du salon bleu et débarrasse le buffet.

Dans le vestibule, le planton concentré sur son IPad attaque une grille de sudoku.

A l’étage, en franglais, on perçoit l'échange du président avec son interlocuteur britannique.

Samedi à 8h30 Versailles Parc de la Lanterne.

Entrevues courant entre les topiaires deux silhouettes disparaissent vers l’étang et provoquent l’envol d’une famille de colverts.

Coiffé d’un chapeau anthracite et toujours masqué le Président en manteau bleu marine lance une branche à Némo son fougueux compagnon qui cherche, rapporte et apprécie les caresses de son maître.

Nos sportifs réapparaissent dans la brume éveillant les craintes du labrador qui s’élance à leur rencontre

- Némo !...Némo ici !.. Aux pieds ! Veux-tu revenir ! Excusez-le il n’a pas eu d’éducation !...Bonjour messieurs, voulez-vous prendre le petit déjeuner en ma compagnie ?

- Volontiers Monsieur le président mais une bonne douche nous rendrait …plus présentables … » déclare l’ancien porte-parole.

- Parfait, alors rendez-vous dans un quart d‘heure prévenez vos collègues…

Tirée de sa lecture, l'ancienne ministre s’exclame lorsqu’on tambourine à sa porte:

« Mais il était convenu dix heures et il est à peine neuf …Allez sans moi, je vous rejoindrai… ! »

Au salon bleu une table bien garnie est dressée vers la bibliothèque, chacun après avoir fait son choix vient s’installer autour du président qui semble aller mieux. Némo dans son coin observe les allées venues. L’arrivée de l’ex-ministre laisse planer les effluves discrets d’Izia de Sisley.

Le Président s’exprime:

- Bonjour à tous, j’espère que cette nuit vous a été profitable, qui commence ?

Le commandant prend la parole, son carnet couvert de notes et schémas :

Et bien voilà, je suis parti de l’hypothèse suivante, car il faut bien s’appuyer sur des données tangibles:

1. Un : nous disposons du vaccin, d’un vaccin supposé se maintenir à température ambiante.

2. Deux : il fonctionne conditionné via des nano particules comme pour Ebola en Afrique subtropicale.

3. Trois le vecteur est alimentaire, il est donc ingéré en milieu acide puis basique.

4. Quatre il demeure efficace sous la barre des 38 degrés Celsius ; ces contraintes réduisent donc sérieusement le champ opérationnel.

- Bien ! Merci qui veut intervenir ? Madame !...

- En effet ces conditions restreignent sérieusement le spectre. Je dirais qu’en cette période foie gras, saumon et bientôt galette des rois l’idée est séduisante mais quid de la mise en œuvre ?

- Monsieur Président intervient le Bulgare, si je puis vous rassurer : notre informateur travaillant au laboratoire P4 de Wuhan a récupéré le dossier complet du mode opératoire des vaccins testés par les autorités chinoises dès novembre 2019.Ceci a permis aux savants russes cette avance sur l’Occident. Nous disposons ainsi d’une réserve conséquente comme évoqué par notre Président en septembre.

- Mais Vassili, tu n’as pas la clef du labo !... note l’ex attaché élyséen.

- Certainement mais négociation avec les autorités toujours possible Monsieur Président, la preuve je suis ici…

- Bien ! Avançons s’il vous plait, donc le principe vaccin par nano particules semble acquis, demeure le choix des supports et retenons le principe de la nourriture, un peu comme le fluor dans la salière, personne ne doit y prendre garde.Madame, peut on compter sur une diffusion discrète dans ...les yaourts par exemple ?

- Mais certainement, leur conditionnement permet toute intrusion dans une fourchette entre 6 et 12 ° Celsius

- Qui mange des yaourts ? les jeunes et les vieux…

- Vous omettez les personnes allergiques au lactose, il y en a de plus en plus

- Et que mangent-ils alors ?

- Des fruits frais et ils boivent du lait végétal au soja aromatisé…

- Entre nous j’ai goûté …Beurk pointe le Président

- Les bananes, les clémentines ,les kiwis voilà le bon vecteur

- Ah oui les bananes bio riches en vitamines E et C, en magnésium et oligo- éléments voilà notre support rêvé, les kiwis c’est encore mieux…

- Excellent ! Reste à lancer une campagne de motivation

- On n’a qu’à reparler du chlordécone et du risque encouru par ce dangereux pesticide...

- Mais il est interdit depuis des années !

- Justement et promouvoir la banane bio des Antilles ; l’introduction du vaccin se fera lors du transport en cale par des personnels complices

- Oh ! Cette affaire me paraît bougrement compliquée et met beaucoup trop d’intervenants en jeu.Négatif déclare le Président.

- Que consomment donc les Français tous âges confondus et qui se mange froid ?

- Des yaourts, de l’eau minérale et des chips à l’apéro

- Et du pastis ajoute Vassili

- Oui mais c’est alcoolisé

- Vous avez dit des chips, il faut chercher de ce côté, quelqu’un a évoqué le sel fluoré à l’instant...

- Madame vous qui avez vos entrées dans l’agroalimentaire dites nous si cette piste est viable...

- Honnêtement ..

- Honnêtement est peut- être de trop Madame relève l’officier médecin, l’œil fixé sur ses graffitis de bananes.

Bon je résume ; donc laissons de côté les bananes, les clémentines et autres pour s’arrêter sur les chips, l’eau minérale et les yaourts. Le spectre est assez large et si l’on ne fait pas trop de conneries en route on devrait observer les premiers résultats au printemps 2021.Voilà qui est encourageant ne trouvez-vous pas ? ponctue le président

Une pause-café, quelques pas dehors, le président est appelé par son aide de camp

Il revient le regard sombre :

- Le Royaume uni est officiellement confiné sine die déclare t il l’instant d’après ; madame, messieurs à mon grand regret, je vais devoir prendre congé pour une visio avec le premier ministre en conseil restreint afin de prendre les dispositions à la suite de cette annonce.

- Waouh ! C’est le blocus covidental » lance l’ancien attaché élyséen.

La boutade provoque un éclat de rire qui, pour le Président, vire en quinte de toux.

- Voilà un titre tout trouvé pour la presse de lundi matin note -t’il enfin calmé, bien, je dois vous laisser, vous allez récupérer vos effets et vos biens et nous restons en contact sur ma ligne cryptée code, notez : EM22OK.

- Ah Vassili, si votre président agrée à nos conditions, faites-lui savoir que des postes sont vacants chez Airbus, cela peut l’intéresser…

Le groupe après avoir récupéré ses biens se disloque chacun appelant qui ses proches, qui un taxi.

Dans le couloir à l’étage avant d’entrer dans sa chambre l’ex communicant élyséen lance au militaire :

- Amusant ce chien prénommé Némo pour qui nage en eaux troubles …

- Tu aurais préféré qu’il s’appelle Milou lui répond Vassili dans un grand éclat de rire …

Jean Pierre G.