28 – Le goût de la fête

Janvier, comme un commencement à l’image de Janus… Nous venons de quitter 2020 et la période dite « des fêtes » qui cette année pour la plupart d’entre vous, n’aura pas eu la même saveur que les années précédentes. Alors je vous propose pour ce premier atelier de 2021 de revenir sur quelques moments d’exception qui vous ont marqué. Du souvenir d’un noël d’enfant, d’un 31 décembre en amoureux, d’un bal du 14 juillet ou encore d’une fête inédite, “Le récit de la fête est la moitié de la fête.” Comme dit un proverbe tadjik alors lancez-vous, puisez dans vos souvenirs… Trois façons de décrire : la mémoire des événements avec une description des sons, des formes et des couleurs (A) ou « la mémoire des sentiments » (B) ou encore en poème (C)

A - La mémoire des couleurs, des sons, des lumières de la fête….

Deux textes pour illustrer cette proposition : Dylan Thomas, le poète gallois et Jacques Prévert

1 - Un Noël d’enfant au pays de Galles, Dylan Thomas, https://fr.wikipedia.org/wiki/Dylan_Thomas

On qualifie souvent Dylan Thomas d’intraduisible, tant sa plume est particulière. « C’était l’après-midi de la veille de Noël et j’étais dans le jardin de Madame Prothero, à guetter les chats avec son fils Jim. Il neigeait. Il neigeait toujours à Noël. Décembre, dans ma mémoire, est blanc comme la Laponie… » « Il y avait des cloches d’église, aussi, […] dans les beffrois noir chauve-souris, blancs de neige, sonnées par des évêques et des cigognes. Et elles tintaient pour répandre leurs nouvelles sur la ville pansée de frais, sur l’écume gelée des collines de poudre et de crème glacée, sur la mer craquelante. On aurait dit que toutes les églises tonnaient de joie sous ma fenêtre ; et les girouettes, sur notre clôture, grinçaient Noël. »