28 - Dominique B - Over the rainbow

Là-haut… là-haut… très haut… très très haut… Le Très-Haut est allongé sur son nuage. Confortable bien sûr ! A son âge et avec le travail abattu depuis des millénaires, il a bien mérité ce moelleux qui l’enrobe, le porte et le transporte. Dans l’espace infini, cinquante nuances de bleus… des étoiles qui lui font de l’œil avant de mourir… des objets volants de passage. Et ces anges… leurs flûtes et leurs harpes perpétuelles. Il n’en peut plus de ces accords mièvres qui occupent tout l’espace sonore. Il se saisit de la télécommande et presse le bouton « mute ». Aaaaah ! Le silence des cieux !

Le Très-Haut s’ennuie. Il voudrait s’amuser un peu, être surpris, distrait. Il presse le bouton blanc qui relie à son secrétariat. « Faites venir Herbert, le chef de la musique, tout de suite ! » Quelques secondes plus tard, un minuscule nuage vient s’arrimer aux pieds du Très-Haut. Herbert attend.

- « Bon, va falloir me changer tout ça. Débarrassez-moi des harpes, des flûtes et des musiques célestes ou je fais un carnage. Je veux des sons toniques, retentissants voire tonitruants. Des guitares électriques…

- Impossible

- Quoi ?

- Les anges sont électrosensibles.

- Vous plaisantez ?

- Hélas non Très-Haut. Nous les avons testés. Tous positifs. Il n’existe aucun antidote.

- Je vais en créer un alors.

- Mais…

- Pas de mais ! Je suis le maître du monde, je peux tout et son contraire. En attendant envoyez-les tous au Purgatoire et trouvez-moi Jimmy Hendrix ! Et Mick Jagger aussi.

- Mick Jagger n’est pas encore mort Très-Haut.

- Zut !

- Jimmy Hendrix est aux Enfers !

- Négociez sa libération, proposez un échange. Fouillez dans le panier de crabes du Purgatoire… Débrouillez-vous !

- Oui Très-Haut. »

Un peu énervé, le Très-Haut hurle « Appelez-moi Marie et dites-lui que je l’attends… urgent !

Assise sur son nuage personnel d’un bleu plus tendre que celui du ciel, Marie accoste, la tête modestement baissée sous son voile blanc. Les amarres sont lancées. De son pas menu elle vient s’agenouiller devant le Très-Haut.

- « Bonjour Très-Haut

- Je te salue Marie… j’ai besoin de toi, de ton avis. Je trouve l’ambiance ici morose, pour ne pas dire sinistre. J’ai le moral à zéro. Que pourrais-je faire pour me distraire un peu et retrouver du cœur à l’ouvrage ? Ils ont encore besoin de moi en bas. Je leur ai envoyé un minuscule virus pour pimenter un peu leurs vies, et les voilà complètement dépassés. Ils sont décourageants ! Tu as une idée Marie ?

- Très-Haut… cela demande réflexion. Voulez-vous me parler de ce mal-être ?

- Je n’ai pas envie de parler Marie. Trouve de quoi me rendre ma joie de vivre, mon optimisme… ma foi !

- Il vous faut peut-être vous confier à… quelqu’un.

- Pourquoi pas me confesser tant que tu y es ? Tu oublies que c’est moi le Père Suprême à qui l’on se confie ! Non …une autre idée ?

- Pas pour l’instant Très-Haut mais je vais réunir une cellule de crise et nous trouverons, ayez confiance.

- Attends… tu crois que tu pourrais faire un deuxième fils à leur envoyer à ma place ?

- Mais…Très-Haut… c’est impossible !

- Ah bon ? Pourquoi ? Tu n’aimes plus Joseph ?

- Si bien sûr, c’est un mari très obligeant. Mais… Très-Haut… ça me gêne de parler de ça avec vous

- Je peux tout entendre Marie

- Très-Haut… je ne suis plus vierge !

- Ah oui…j’oublie toujours… je ne te vois pas grandir ! Bon, alors une autre idée ?

- Très-Haut… pourquoi pas tout simplement une fête ? Une grande fête !

- Aaaaahhhhh ! Mais oui ! Une méga-fête ! De la musique… à fond. On invite Satan et quelques bons petits diables ? Ils s’y connaissent mieux que nous en organisation de fêtes ! Ça va groover Marie ! Quelle bonne idée ! Une fête… Je veux que Bacchus choisisse les vins. Ah Marie … je me sens déjà mieux. Tiens… je vais partager ma bonne humeur avec eux là-dessous. Un hiver bien glacé, ça devrait leur faire plaisir non ? La banquise qui s’étend, la sécheresse qui diminue, les frelons asiatiques qui crèvent… tiens, je vais même leur réparer la couche d’ozone !

- Excellentes idées Très-Haut.

- Que ça fait du bien de se sentir à nouveau utile ! Tu peux prévenir Lilith, l’attachée de presse, pour qu’elle s’occupe des invitations ? Si elle pouvait éviter Moïse et Marie-Madeleine… ils sont tristes à mourir !

- Et mon fils, il est invité Très-Haut ?

- Oui Marie. Mais s’il pouvait faire un effort de présentation ce serait bien…couper un peu ses cheveux et tailler sa barbe. Précise-lui qu’il s’agit d’une fête pas d’une réunion de cellule. A demain Marie ! »