28C - Diana W - Que la fête commence

Que la fête commence donc

Et qu’elle nous entraine et nous grise

Telle une coupe de champagne volatile

Intoxicante et sinueuse la voilà qui s’infiltre

Dans les méandres des souvenirs au rythme

Des valses et autres tempo , langoureux ou vigoureux

La voilà qui se cambre et se habanerise sexuelle et provocante

La voici qui nous tente, nous titille et nous fait comme dirait la grande Edith

Le coup du Souviens toi !

Padam et nous voilà en pleine marche arrière à la façon Tango fantastico

Tango Bombastico

Les pleurs sont à l’affût prêts à s’engouffrer et nous bousculer sur la piste

Mais NON les larmes seront de Joie ou ne seront pas

Un regard inquiet dans un miroir au milieu de la nuit pour évaluer les désordres et désarrois et tel le Prince Salinas nous voyons notre jeunesse nous tourner le dos chaloupant et riant aux éclats, s’éloignant gaiment vers la vie, non plus la nôtre mais vers celle qui n’existait pas pour nous jusqu’à cet instant, tant notre personne en était le centre l’épicentre et l’horizon, vers celle des autres dont nous ignorions volontairement tout.

Aaaa la belle chanson si je savais chanter

Aaaaa les beaux regrets qui pourraient peut être me torturer.

Fête galante, riant aux éclats cachant un coeur brisé par un amour incestueux et dévorants et qui malgré le stupre et l’érotisme débridé du Régent n’a pu taire ses larmes et sanglots et s’est simplement transformée en Fête funéraire …

Fêtes d’enfants, miettes de vies jeunes et sucrées, édulcorées de rêves roses et dorés

Fêtes à la grecque où nous avons tous le coeur l’énergie et la force d’Alexis Zorba pour célébrer la Beauté du Désastre

La fête en temps de Choléra, de Guerre, de Désespoir

Armes ultime et parfumée, enivrante et hallucinante

Emporte nous sur la Piste de toutes les danses qu’est la Vie

Fais nous virevolter

Fais nous revivre et re- inventer le Passé

Sans tristesse

Sans mélancolie

Fais nous donc encore et encore

Aimer la la Vie.

Diana W.