29A - Nathalie F - Carnet de voyage

Carnet d'un voyage futur

jour 1 - Keflavic

L'avion aura déjà son train d'atterrissage sorti, et moi le nez aplati sur le hublot. J'en ai tellement rêvé de ce voyage en Islande ! Nous atterrirons de nuit, pas étonnant, ici les nuits d'hiver sont si longues. La piste sera éclairée, le tarmac dégagé de neige et de glace. Les lumières guideront les roues de l'avion, j'attendrai l'impact de l'appareil sur le sol islandais pour crier en silence ma joie d'être enfin sur ce sol, mon bonheur de réaliser un vieux rêve. Une fois descendus, le couloir nous amènera à la salle des bagages, nous ne seront pas nombreux, quelques dizaines de touristes, à peine. D'après les guides de voyage cette saison n'est pas la meilleure pour une destination comme Keflavic. Moi, j'aurai gratté les fonds de mes tiroirs et de mes poches pour m'offrir cette escapade soldée en cette saison. Après la peur panique qui m'avait étreinte en attendant les résultats de mon scanner, un apaisement fructueux m'avait envahi dans la salle d'attente du professeur Krabby. Quel que soit le verdict, je pars, j'irai voir ces terres sauvages et contrastées, froides et chaudes, calmes et tourmentées. J'irai rencontrer ce monde mystérieux, j'irai voir les aurores boréales, j'irai parler à Giganta, la géante de la montagne, j'irai me plonger dans le monde des Vikings, j'irai écouter les baleines.

Nous récupérerons nos sacs, nous nous dirigerons vers l'auberge de jeunesse de Keflavic par la navette toujours présente à l'arrivée de chaque appareil. Entre le hall de sortie de l’aéroport et le bus, l'air que nous aurons respiré nous aura surpris par sa légèreté et son extrême fraîcheur. Nous n'aurons pour le moment pas d'autre impression. De la végétation rare et gelée je n’apercevrai que quelques ombres ; les roches et la glaces luiront sous l'effet de la lune. Puis nous arriverons à l'auberge, une douce et accueillante chaleur nous enveloppera, nous nous sentirons bienvenus dans une atmosphère boisée et parfumée de nourriture qui mijote. Le Raven's Bed est une auberge aménagée dans une ancienne étable, elle nous emportera immédiatement dans les traditions locales âpres et conviviales. Une plokkfiskur (soupe de poisson) accompagnée de flattkaka (galettes de seigle rondes, cuites sur la pierre ou à même la braise) raviront nos papilles et satisferont nos estomacs. Puis nous irons bercer toutes ces images nouvelles dans les draps à fleurs de nos chambres blanches.

Le lendemain dans une nuit grise qui peine à laisser place au jour, un joli buffet calera l'appétit du corps, pas celui de la découverte. J'irai me promener sur les falaises qui surplombent Keflavik, j'irai voir la Géante de la grotte. Il me sera bien égal que cette Géante issue d'un conte soit destinée aux enfants. Dans la grotte aux dimensions cyclopéennes je me sentirai très petite et j'aimerai cela. Je me remémorerai les personnages de Ron Mueck vus à la Fondation Cartier, la géante appartenant au même univers démesuré, me donnera la joie de rejouer l'expérience du gigantesque et du minuscule.

Du haut des falaises, avec un peu de chance je pourrai observer baleines bleues ou rorquals boréals, je serai folle de joie, pendant ce séjour, je satisferai un autre grand rêve. Celui-ci à son tour intégrera comme une poupée gigogne la réalité plus vaste de ce voyage. Puis je poursuivrai sur le sentier, mon regard oscillera entre les amas de pierres qui le tracent et l'horizon infiniment ourlé d'océan. En me laissant aller, j'apercevrai les elfes qui courent se cacher, je me remémorerai la légende qui les assigna au monde minuscule ; je devinerai au loin Freyja déesse de l'amour, fille de Njörd dieu de l'océan cherchant des perles d'ambre dans les vagues. Mon corps léger ne ressentira aucune fatigue, fondu dans cette nature minérale et glacée il avancera sur les chemins déserts, sombres et mystérieux. Après l'expérience de la sensation minuscule, il éprouvera celui de la dissolution, de la fusion dans l'immensité.

Enfin, ce sera l'heure du retour, la perspective de la douce chaleur de l'auberge. Demain je partirai pour la baie de Faxa, j'y embarquerai pour me perdre dans les couleurs d'une aurore boréale.