31 - Le corps en écriture

Le corps en écriture (23 février 2021)« S'inspirant du modèle pictural, l'autoportrait littéraire cherche à saisir une unité du sujet dans le présent de son regard sur soi. (…) Avec L'âge d'homme (1939), Michel Leiris invente une forme moderne d'autoportrait, qui s'ouvre sur un véritable autoportrait, au sens visuel du terme, c'est-à-dire sur une description de l'apparence physique du sujet scripteur(….) L'intérêt particulier de L'Âge d'homme tient dans son flottement entre le modèle autobiographique (…) et un modèle emprunté à un autre art, l'autoportrait, nourri de pratiques proprement modernes du discours sur soi : la cure psychanalytique et son recours à l'association libre. » Extraits d’une présentation de l’écriture de soi – Faculté des lettres de Lausanne.


A – Mon corps et moi

A1 -Michel Leiris

« Je viens d'avoir trente-quatre ans, la moitié de la vie. Au Physique, je suis de taille moyenne, plutôt petit. J'ai des cheveux châtains coupés court afin d'éviter qu'ils ondulent, par crainte aussi que ne se développe une calvitie menaçante. Autant que je puisse en juger, les traits caractéristiques de ma physionomie sont : une nuque très droite, tombant verticalement comme une muraille ou une falaise, marque classique (si l'on en croit les astrologues) des personnes nées sous le signe du Taureau ; un front développé, plutôt bossué, aux veines temporales exagérément noueuses et saillantes. Cette ampleur de front est en rapport (selon le dire des astrologues) avec le signe du Bélier ; et en effet je suis né un 20 avril, donc aux confins de ces deux signes : le Bélier et le Taureau. Mes yeux sont bruns, avec le bord des paupières habituellement enflammé , mon teint est coloré ; j'ai honte d'une fâcheuse tendance aux rougeurs et à la peau luisante. Mes mains sont maigres, assez velues, avec des veines très dessinées ; mes deux majeurs, incurvés vers le bout, doivent dénoter quelque chose d'assez faible ou d'assez fuyant dans mon caractère.

Ma tête est plutôt grosse pour mon corps ; j'ai les jambes un peu courtes par rapport à mon torse, les épaules trop étroites relativement aux hanches. Je marche le haut du corps incliné en avant ; j'ai tendance, lorsque je suis assis, à me tenir le dos voûté ; ma poitrine n'est pas très large et je n'ai guère de muscles, J'aime à me vêtir avec le maximum d'élégance ; pourtant, à cause des défauts que je viens de relever dans ma structure et de mes moyens qui, sans que je puisse me dire pauvre, sont plutôt limités, je me juge d'ordinaire profondément inélégant ; j'ai horreur de me voir à l'improviste dans une glace car, faute de m'y être préparé, je me trouve à chaque fois d'une laideur humiliante. »

Michel LEIRIS, L'âge d'homme, 1939, Gallimard.

A - Proposition :

Rédigez votre autoportrait à la manière de Michel Leiris, au présent d’une manière objective, presque clinique.

B – Eloge de la main Eloge de la main, ce texte court d’Henri Focillon est d'une profondeur et d'une intensité rares, il propose au lecteur une réflexion sensible autour de la main de l'homme, entendue comme outil pratique, artistique, voire spirituel, à même d'être élevé au statut d'une invention sans pareille, comparable à celles du feu et de la roue dans l'histoire de l'humanité.

«J’entreprends cet éloge de la main comme on remplit un devoir d’amitié. Au moment où je commence à l’écrire, je vois les miennes qui sollicitent mon esprit, qui l’entraînent. Elles sont là, ces compagnes inlassables, qui, pendant tant d’années, ont fait leur besogne, l’une maintenant en place le papier, l’autre multipliant sur la page blanche ces petits signes pressés, sombres et actifs. Par elles l’homme prend contact avec la dureté de la pensée. Elles dégagent le bloc. Elles lui imposent une forme, un contour et, dans l’écriture même, un style. » Henri Focillon 38 pages EDITIONS MARGUERITE WAKNINE (2015)

B – Proposition :Décrivez vos mains mais surtout leur vie, ce qu’elles aiment et ont aimé, leur travail, leur luxe, leurs dons, leurs souffrances et leurs talents mais aussi ce qu’elles n’ont pas su faire ou saisir. A travers cette description vous retracez une sorte d'historique de votre vie.C – Poésie : Si j’étais une île… si j’étais un poisson, un oiseau, une bibliothèque, une route, …Un sujet pour rêver, vous projeter dans un monde onirique, fantastique, surréaliste et de toute manière poétique

C- Proposition : Rédigez un poème en commençant chaque strophe par « si j’étais » suivi d’un mot – par exemple une île - en déclinant tous les aspects de cette île pour illustrer votre vie, votre corps, votre personnalitéMerci de m'adresser vos textes par mail, (en pièce jointe enregistrée sous Word ou open office à votre nom avec la référence de la proposition) pour le vendredi 5 mars 2021

A bientôt ...