33 - Jouets

jouets

1 avril 2021

Nous voici comme il y a un an, à la veille d’un nouveau confinement, le troisième. Pour beaucoup d’entre vous c’est à nouveau une période difficile pleine de contraintes et souvent l’isolement. J’espère de tout cœur que l’atelier concourra à vous apporter durant cette période particulière, stimulation, bonheur d’écrire et d’échanger tout simplement.

Et pour finir ce texte de Philippe Claudel "C'était un petit Pierrot bancal, grossier, mal peint, au regard ourlé de noir, au sourire de mystère et de mélancolie, une larme figée à son oeil gauche, un pantin à trois sous que l'on vendait dans les rues jadis. Alors il sentit, en même temps que le pantin paraissait le fixer lui, et lui seul, comme il n'aurait pu fixer personne d'autre, même si des milliers, des centaines de milliers d'hommes et de femmes eussent été dans le même lieu, il sentit s'ouvrir dans sa chair une immense déchirure, comme si d'un coup et sous l'effet du regard de ce Pierrot de bois, tout son être se fendait en deux, jusqu'à l'âme, une déchirure nette, violente mais aucunement douloureuse, un voile que l'on fend d'un trait, un voile ou plutôt un lourd rideau posé sur la part la plus intime de sa mémoire, et cela depuis plus de cinquante années." extraits de « Trois petites histoires de Jouets »