33 - Diana W - BK

BK

Je me sens seule …

L’humidité ambiante semble générée par le plus profond de moi-même et mon corps se ramollit telle une enveloppe de carton trempée.

Je recommence ou plutôt j’essaye de continuer ma vie.

Les caisses, valises, boites et autres contenants réduisant une longue existence en une simple vision de garde meubles là où plus rien, non plus rien n’est à sauvegarder, sembles absurdes.

L’humidité se change en larmes, le genre de fuite qu’aucun plombier n’arrivera à colmater.

Et pourtant la voilà qui pointe une chaussette rayée, trouée et tombant sur une jambe tubulaire et pâle.

La voilà avec sa robe de rude laine verte, son tablier blanc et son bonnet de bretonne tétue, la voilà ma compagne de toujours et des jours où elle fut la seule à savoir ce que jamais je ne pu dire à personne.

Je me sentais à l’abri des indiscrétions car sous son nez en bille de tissu aucune ouverture ni même emplacement de bouche , discrétion garantie par son fabricant !

Lustres, décennies de compagnonnage, de confidences de joies et anxiétés partagées, jamais trahie, jamais déçue par cette amie de tissus qui semble avoir assourdi les cris et sanglots de mon enfance révoltée et les spasmes de fureur contenue de ma vie d’adulte, parfois…

Sous son jupon une longue culotte festonnée de maigre dentelle pour la protéger du vent. Ah comme cela est amusant de voir que les boules de coton insérées dans son sous vêtement pour imiter ma culotte de cheval, sont toujours en place, elles ! Les miennes ayant cédé à la loi éternelle de la gravité.

Ma chère, douce et silencieuse amie dont le visage est lustré d’une fine péllicule faite de bave, morve et larmes salées lui donnant ce goût inimitable des chagrins d’enfance auquel s’ajoutait souvent des striures chocolatées consolant doublement le desespoir par une overdose de sucre.

Bécassine la « cousine « de tous et mon alter ego à moi !

Je ne te laverai pas car tu te déliterais irrémédiablement au contact de l’eau.

Je te garderai ainsi lustrée de mes rêves non réalisés, de ces secrets bien avouables après tout mais dont tu as su taire la rage et la fureur, je te recoudrai et consoliderai ainsi notre immortelle amitié et me sentant forte et réparée moi même tout à coup ferai face avec toi à toutes les grisailles et humidités à venir toi qui rien qu’en me regardant de tes minuscules pupilles me rend ma jeunesse et ma force.

Ma BK , psychiatre, nounou, amie, soeur et cousine tu es la meilleure partie de moi, celle qui ne se plaint jamais et ouvre son grand parapluie pour se protéger des fureurs climatiques et autres averses de la vie.