33C - Laurence P - Mon ours

Mon ours est de couleur marron clair. A l’origine, il était probablement marron. La couleur du tissu peluche est délavée par le temps et l’usure. Cet ours n’est pas très grand, pas très gros et surtout pas très beau. Il conserve néanmoins un air gai, presque vivant avec même une pointe de malice. C’est un ours atypique, unique, né très loin de la standardisation d’une usine d’un pays lointain. C’est le mien!. Il aurait pu être l’acteur principal d’un célèbre film comme L’ Ours Paddington. Mais voilà, il y a quelques défauts physiques rédhibitoires qui l’ont éloigné des castings et des caméras…

Une tête massive chancelle sur un cou trapu. Un manque de tonicité cervicale la fait pencher vers l’avant. La kinésithérapie animalière est un nouveau concept. Malheureusement à l’époque, il n’en a pas bénéficié. Quelques séances lui aurait sûrement permis de retrouver un port de tête convenable. Cependant, si vous lui soulevez gentiment le menton, vous pouvez découvrir sa petite trombine. Il a deux grandes oreilles pour lui donner vraiment l’air d’un vrai ours et deux petits yeux bien ronds de couleur caramel-foncé dans lesquels pointe une touche de teinte ambrée. Les boutons de verre clinquants pour incarner les yeux lui donnent un air très perçant, à la limite de l’intelligence. Au dessus, deux petites lignes obliques délicatement brodées font les sourcils. Il est borgne car l’ œil gauche pend au bout d’un épais fil de couture. Le fil s’est probablement détendu au fil des années…Cet incident ne lui nuit pas trop et lui donne même un certain charme. Aucune chirurgie esthétique bienveillante n’est venue retendre ce fil pour remettre cet œil dans son globe oculaire….

Une truffe, très proéminente, siège en plein milieu de sa face. A la pointe de celle-ci , une belle et grosse demi-boule bien noire figure le nez. Sous les caresses et les calins, la boule s’est lissée et même lustrée. Elle luit ! Juste sous cette boule nasale, une autre broderie courte et verticale, dessine la bouche. Elle est discrète, timide, presque imperceptible.

Que dire sur le corps ? C’est le corps d’un ours qui déteste le sport. Le corps est mou, très mou. Aucun muscle, même minime, ne saillit. Pas la moindre trace d’abdominaux ! Il est vrai que le corps est aplati non seulement par manque d’activités physiques, mais aussi à force d’avoir été ficelé sur mon tricycle. C’est le seul ours qui a l’étonnante particularité d’avoir la peau du dos qui puisse toucher la peau du ventre. Soit ! Il n’a pas de dos et pas de ventre mais un bon gros fessier. Ne vous méprenez pas ! Cet embonpoint localisé n’est pas dû à un excès de miel…! C’est la migration irrémédiable de la bourre vers les fesses. Des tonsures éparses et nombreuses tachètent le pélage corporel. Elles sont le résultat de mes gratouilis répétés, surtout ciblés sur certaines zones ventrales. Dans ces parties tonsurées, la trame du tissu est visible et est prête à se déchirer. Les entrailles ne demandent qu’à s’en échapper. Il aurait pu m’abandonner en mourant, maintes fois, de péritonite aiguë et foudrouyante. Mais c’est un ours vaillant et fidèle ! Pour moi, il a su retenir ses entrailles avec courage…

Il n’y a pas grand chose à raconter sur les bras sauf qu’ils ne savent vraiment pas quoi faire. Leur seule utilité apparente semble être d’assurer une sorte d’équilibrage corporel droite - gauche. La styliste a oublié d’imaginer ce qui aurait pu être les coudes, les mains et les griffes. Alors, tels des boudins uniformes, les bras tombent lassivement de chaque côté du corps.

Que dire des pattes ? Ou plutôt, que dire de la patte restante ? l’unijambisme est le résultat d’un tragique et regrettable incident familial. Une dispute au sein de la fratrie est responsable de cet accident. Mon frère a tiré sur la tête et moi sur une patte. La patte en question est venue. Mais pas le prothésiste ! C’est fort dommage ! La patte esseulée, reste fixée au corps par un ingénieux système d’articulation. Ce mécanisme permet à la patte une rotation complète de trois cent soixante degrés. Cette rotation exceptionnelle lui aurait permis de prétendre à une brillante carrière de gymnaste… Néanmoins, La patte restante a gardé toute son élégance et sa fraîcheur. La bourre est restée sagement à sa place et le pied conserve un modelage parfait. Le pelage jambier est intact. Aucun gratouillis n’est venu l’endommagé.

Merci à ma grand-mère maternelle, créatrice de mon ours ! Il a subi tous les outrages du temps et participé à toutes mes aventures. Vigoureusement ficelé sur mon tricycle pendant des années, Il a voyagé partout et sous toutes les saisons. Je ne voulais surtout pas le perdre….