34 - Corinne LN - Etats d'âme

ETATS D’ÂME

Hélène est une sexagénaire épanouie, bien dans sa vie, bien dans son époque, bien dans sa bulle et cette journée s’annonce radieuse, sous le signe du calme et de la sérénité, l’idéal après une longue semaine passée à réconforter ses patients en soignant leurs pieds déformés et douloureux. Elle love voluptueusement ses rondeurs dans les coussins moelleux du vieux canapé et le chat noir niche sa tête soyeuse sur son épaule en ronronnant. Une tasse de thé fumant, une belle tranche de cake au chocolat, un livre à portée de main et le printemps qui pointe le bout de son nez par la fenêtre, que rêver de mieux ? Justement, Hélène passe une bonne partie de ses weekends à rêver, son activité préférée. Elle ne fantasme pas sur l’homme idéal, après plusieurs cuisantes déceptions elle a mis une croix sur sa vie sentimentale et la solitude lui convient parfaitement. Avec son travail éreintant, un jardin petit mais merveilleusement fleuri, deux chevaux retraités au pré et quelques amis fidèles, sa vie est déjà bien remplie. Pourtant, il lui reste un rêve inassouvi, elle aspire à un petit coin de paradis loin des collines normandes où elle pourrait aller réchauffer ses vieux os de temps en temps. Hélène ambitionne d’acheter une bergerie en Crête, le berceau de sa famille maternelle, et, depuis des années, chaque mois, elle met de côté quelques centaines d’euros. Son petit pécule est déjà bien gonflé alors, de temps en temps, elle consulte les petites annonces avec curiosité mais sans impatience, c’est un tel bonheur de découvrir, d’imaginer, d’hésiter. Elle attrape son téléphone portable sur la table basse pour tenter de dénicher la perle rare sur le Net mais auparavant, par acquis de conscience, elle décide de regarder les résultats du loto de la veille. Hélène ne joue au loto que deux fois par an, pour son anniversaire et celui de son ingrat de fils. Après avoir joué les Tanguy pendant des années le jeune homme l’a oubliée, il est parti vivre au Brésil et ne lui donne plus que de très rares nouvelles. Alors, après avoir essayé de le joindre en vain, elle a joué quand-même pour les trente-trois ans d’Hugo, par tradition ou par superstition. Elle coche toujours les mêmes numéros, une suite qu’elle connait par cœur et qu’elle trouve élégante.

Quand les résultats s’affichent sur le petit écran, Hélène reste pétrifiée, les yeux écarquillés derrière ses petites lunettes rondes, son cœur arrête de battre et soudain tout s’efface, la belle journée tranquille, la paix intérieure, les plaisirs éphémères, les rêves de toujours, plus rien n’a de sens. En donnant deux euros à la Française des jeux, elle voulait juste pouvoir imaginer pendant quelques heures un champ du possible infini et maintenant, elle est terrifiée comme une autiste à qui on proposerait de changer ses habitudes. Une sourde angoisse la paralyse tandis que ses pensées se bousculent sans logique ni raison. Les mains tremblantes, l’estomac noué, le visage cramoisi, elle n’arrive pas à détacher le regard de son portable. Elle espérait sans trop y croire un petit coup de pouce pour réaliser ce rêve qui la porte depuis des années mais ses précieuses économies semblent dérisoires à côté des onze millions d’euros qu’elle vient de gagner. Quand il vous tombe du ciel cent fois de quoi réaliser vos projets, ce sont milles émotions qui déferlent, mille questions, mille pensées contradictoires. Hélène ne sait pas si elle craint plus que ce ne soit qu’un rêve, qu’on lui vole sa chance ou simplement de sortir de sa zone de confort.

Quoi qu’il en soit, il va lui falloir réagir, s’organiser, faire des choix pour gérer cette fortune. Mais à qui en parler en premier? Hélène ne veut pas lire l’envie ou la jalousie dans les yeux de ses amis. Et va-t-elle devoir se séparer de sa modeste maison? Son chat ne survivrait pas à un déménagement et qui va s’occuper de ses vieux chevaux, de son cher jardin ? Va-t-elle se sentir obligée de dire adieu à son rêve de bergerie pour acheter un Riad au Maroc, un chalet à Chamonix, un yacht ou une villa à Saint-Tropez? Elle n’a jamais été attirée par les grands voyages alors dans le contexte actuel, inutile d’y penser. Ses parents sont très âgés et ils ne voudront pas quitter leur ferme, son fils ne mérite certainement pas ce cadeau du ciel et les gens qu’elle rencontrera désormais n’en voudront plus qu’à son argent, du moins il y aura toujours un doute. Une bouffée d’angoisse la fait tressaillir, et si de sombres malfrats l’enlevaient pour récupérer une rançon ?

Hélène se redresse et pose son portable, elle se sent comme une enfant trop gâtée qui n’a pas mérité sa chance et songe à tous ceux qui jouent en vain chaque semaine depuis des années. Elle devrait pourtant se réjouir, elle esquisse un pâle sourire, elle pourrait s’offrir une cure pour perdre ses kilos en trop dans un centre luxueux avec massages mais il lui faudrait oublier la glace au marron, les macarons et les éclairs de chocolat, non, décidemment, une vie sans plaisirs sucrés n’est pas envisageable même dans un palais. Les boutiques inabordables ne la tentent pas non plus, elle n’aime que les jeans et les gros pulls qu’elle enfile avec délice quand elle rentre chez elle. Et elle ne se sent pas encore prête à abandonner les pieds de sa patientèle même pour soulager son dos douloureux, les gens vont lui manquer, elle qui aime tant se sentir utile, et elle cultive les nombreuses qualités que son travail requiert. Alors, tout donner à une association mais laquelle ? Comment choisir entre les nombreuses causes à défendre, les femmes battues, les petites filles mariées de force, les enfants maltraités et ceux qui n’ont pas droit à l’instruction, la faim dans le monde, les restos du cœur, les petits frères des pauvres, les migrants abandonnés, la défense de la planète et la cause animale?

Le cerveau en ébullition et le cœur en débandade, étonnée de cette soudaine et brutale remise en question, Hélène réalise qu’un rêve qui se concrétise, c’est aussi un rêve de moins et surtout beaucoup de soucis en plus. Elle décide de laisser le billet de loto béni et maudit dormir encore un peu dans la grande assiette bleue sur le buffet avec les factures à régler et elle retourne dans la cuisine se servir un énorme morceau de cake au chocolat. Rassérénée, elle reprend son poste préféré sur le canapé. Tant qu’elle gardera son secret, personne ne lui volera sa vie et demain certainement elle fera le bon choix.