34B - Diana W - Hors-jeu

Hors Jeu

J’ai triché, c’est vrai, il y a longtemps, il y a trop de temps, il y a trop de lumières aveuglantes et de bruits assourdissants de cela.

Pourquoi ?

Il me semblait à l’époque que la vie était malléable, transformable à souhait.

Qu’il me suffirait de décider de sourire et me raconter une histoire à ma façon, pour que celle-ci devienne lumineuse et radieuse pour imiter mon masque, de mascarade, d’illusion.

Cette grande et enivrante illusion qui dure toujours d’ailleurs et me traine derrière elle par tous les temps et prétextes, par toutes les humeurs qu’elles soient bonnes ou mauvaise, par tous les rêves qu’ils soient sereins ou bien cauchemardesques.

On ne m’avait jamais fait comprendre que sincérité et vérité étaient la clé de la liberté.

J’appris donc à cacher, d’abord les dépits et peines de l’enfance, plus tard les jalousies et frustrations, et encore, encore plus tard les douleurs, de celles qui si partagées deviennent matière à expérience enrichissante.

Non j’ai triché, en placardant sur mon visage ce sourire d’acier inoxydable, cette douce résignation cachant une envie de déchirer de toutes pièces objets et êtres humains, cette fausse bonhommie occultant l’instinct du tueur qui me ressemble bien plus et n’est jamais laissé libre, toujours dominé, toujours contrôlé.

Tricher est une deuxième nature pour moi aujourd’hui, et les compliments reçus sur l’harmonie de mon caractère me font sourire jusqu’à avoir mal aux commissures de ces lèvres à qui je n’ai jamais permis de cracher leur venin ou leur chagrin.

Jouissance, bonté, patience et douceur n’ont été que parties des différents rôles du répertoire que je me suis octroyée dans les grands classiques de la dissimulation.

Je me suis installée dans ces faux semblants sans même me poser la question, semblants à quoi ?

Ma vie fut longue et riche en évènements autant heureux que pitoyables et jamais ce sourire faux et jauni ne me quitta … jamais je ne fut tentée d’avouer ne serait-ce qu’à moi ma comédie applaudie par personne, performance ignorée de tous sauf de moi !

Aujourd’hui je me trouve devant la porte de sortie, celle qui mène vers l’inconnu, le mystère ou tout simplement vers la vérité.

L’ouvrirai-je ?

M’offrirai-je le luxe infini de la sincérité ?

M’envolerai-je tel un oiseau libéré vers le ciel infini du vrai?

Tel un joueur se faisant interdire de tous les casinos, je me promets dans les vies à venir de ne jamais receler les secrets de mon moi, de peur d’être confrontée à ma médiocrité banale et rassurante d’être humain pareil à tant d’autres, chose que ma démentielle et orgueilleuse nature m’avait conseillé de ne jamais faire.

Adieu héroïne ratée de tragi-comédie, Adieu à jamais fausse harmonie.

Bonjour Vie palpitante de joies et bonheurs qui aussi petits soient ils ont l’irremplaçable saveur de la sincérité.

Mémoires d’une Tricheuse hors jeu .