36 - L'étoffe des jours

La littérature s’intéresse souvent au vêtement comme signe à déchiffrer, c’est un indice précieux sur les personnages, il sert également à définir leur rôle dans le contexte social.

Comment ne pas évoquer également la relation étroite entre le texte et l’étoffe ? on parle de la «trame» d’une histoire comme celle d’un tissu. Proust évoquait son intention de construire son livre « simplement, comme une robe ». Un roman écrit- tissé comme une étoffe avec ses fils rouges, ses finitions, ses coupes, ses corrections…

Aujourd’hui je vous propose de revisiter votre penderie réelle ou imaginaire pour vous décrire, vous ou vos personnages…

A - Le manteau de Greta Garbo de Nelly Kapriellan

En décembre 2012, la garde-robe de l'icône la plus secrète de l'histoire du cinéma a été exposée durant trois jours, puis vendue aux enchères à Los Angeles. Huit cents pièces. Les vêtements d'une femme peuvent-ils raconter une vie, éclairer ses mystères ? Pourquoi Greta Garbo achetait-elle des centaines de robes alors qu'elle n'en portait aucune, ne se sentant bien que dans des tenues masculines ? S'habille-t-on pour se travestir et se mettre en scène dans un rôle rêvé ?

« Alors pour qui, pour quoi les avait-elle achetées ? Pour la femme qu'elle aurait aimé être, pour une vie qu'elle n'avait pas, une vie "rêvée" se déroulant ailleurs, dans le scénario mental où elle se mettait elle-même en scène ? Ou pour correspondre à une image acceptable, pour se travestir en une autre, ou parce que, pendant le demi-siècle où elle n'a plus tourné, elle continuait de s'appréhender comme une actrice (…) Chaque vêtement acheté m'offrait un rôle rêvé au cœur d'une vie que je n'avais pas. (…) Si une garde-robe témoignait, alors celle de Garbo disait la droiture, la constance, une intransigeance de chaque instant. »

A - proposition (Mémoire, observation)

Faites le portrait d’un ou d’une proche (parent, compagnon, ami ou amie ou autre) en décrivant sa façon de s’habiller, ses couleurs, ses étoffes, ses vêtements, accessoires : chaussures, sacs, valises, sa manière de les porter, de les assortir ou au contraire, son peu d’intérêt pour l’apparence voire, même son négligé. Tentez de révéler son caractère et la vie que votre héros ou héroïne mène ou a mené uniquement par la description de son apparence vestimentaire.

Denis Diderot, né le 5 octobre 1713 à Langres est mort le 31 juillet 1784 à Paris

B - Regret sur ma vieille robe de chambre, une nouvelle de Denis Diderot

Diderot, vient de recevoir de Mme Geoffrin une somptueuse robe de chambre écarlate :

" A présent, j'ai l'air d'un riche fainéant ", écrit-il, et ce cadeau est l'occasion d'une méditation sur le luxe et son bon ou mauvais usage, et sur l'habit, qui fait ou ne fait pas le moine.

« Pourquoi ne l'avoir pas gardée ? Elle était faite à moi ; j'étais fait à elle. Elle moulait tous les plis de mon corps sans le gêner ; j'étais pittoresque et beau. L'autre, raide, empesée, me mannequine.

Il n'y avait aucun besoin auquel sa complaisance ne se prêtât ; car l'indigence est presque toujours officieuse. Un livre était-il couvert de poussière, un de ses pans s'offrait à l'essuyer. L'encre épaissie refusait-elle de couler de ma plume, elle présentait le flanc. On y voyait tracés en longues raies noires les fréquents services qu'elle m'avait rendus. Ces longues raies annonçaient le littérateur, l'écrivain, l'homme qui travaille. A présent, j'ai l'air d'un riche fainéant ; on ne sait qui je suis. Sous son abri, je ne redoutais ni la maladresse d'un valet, ni la mienne, ni les éclats du feu, ni la chute de l'eau. J'étais le maître absolu de ma vieille robe de chambre ; je suis devenu l'esclave de la nouvelle.

Le dragon qui surveillait la toison d'or ne fut pas plus inquiet que moi. Le souci m'enveloppe. »

B – Proposition (Mémoire)

Vous gardez dans votre placard un vêtement, une robe, (un pull ou autre) qui ne vous est pas vraiment utile ou que vous ne portez que rarement mais dont vous n’arrivez pas à vous séparer. Il vous rappelle un événement, une époque, ou tout simplement un voyage, une saison. Décrivez-le, racontez son histoire, ce qu’il représente pour vous, les événements ou personnes auxquelles il est associé.

C - Proposition – Une robe rouge (fiction)

C’est une robe d’été, une belle robe rouge qui danse dans la vitrine ou sur la page de l’application de vêtement de seconde main.

Elle l’a achetée, elle n’a pas pu résister. Depuis, quelque chose a changé dans sa vie, un phénomène étrange est apparu. Chaque fois qu’elle porte sa robe rouge des événements se produisent autour d’elle. Elle cherche à comprendre, à retrouver l’ancienne propriétaire. Cette robe a une histoire, elle le sent elle en est certaine…

Je vous propose d'écrire la suite de ce récit ou le début… en remontant aux sources : de la fabrication de cette robe (rouge ou autre) à sa première propriétaire sans oublier de décrire la matière et les détails de ce vêtement aux étranges pouvoirs.

Merci de m'envoyer votre ou vos textes avant le vendredi 28 mai. Par mail en pièce jointe (Word ou open office)