B - Anne Prohom - Paréo

Ce paréo, qui n’en est pas un précisément, de couleur rouge orangée se tapit dans mes placards depuis presque 50 ans. Attention, ce n’est pas un simple carré de tissu que l’on noue autour des hanches. Le paréo dont je parle, peut se comparer à une jupe longue ouverte, avec à la ceinture, deux petits pans que l’on joint à la taille. Il se porte sur un maillot de bain. A chaque pas, vos cuisses et vos jambes se devinent discrètement !

J’aime la souplesse de son tissu et sa bonne tenue offrant des reliefs. C’est un genre de taffetas acrylique, destiné à supporter l’eau.

Son originalité lui donne un caractère unique ! Depuis son arrivée dans ma vie, il ne m’a jamais quittée. Mon mari me l’a offert au début de notre rencontre, notre premier voyage en Corse et j’y attache une valeur sentimentale. Il est le compagnon de tous mes déménagements.

Quand je l’entrevois dissimulé dans ma penderie, des myriades de souvenirs heureux surgissent à ma mémoire.

J’ai tendance à le délaisser. Son aspect un peu sophistiqué me fait renoncer à le glisser dans ma valise, lors de périples un peu sportifs en voilier ou d’escapades en bordure de mer.

Par contre, des images d’une croisière en paquebot me reviennent en mémoire… Je revois ce voyage en Méditerrannée, parsemé d’escales, Ile de Malte, la Grèce, la Sicile, l’Italie, la Corse, avant de retrouver la France. Ce vêtement était parfaitement adapté à l’atmosphère d’élégance qui régnait sur ce navire. Il accompagnait mes trajets de ma cabine à la piscine microscopique qui se trouvait sur le pont supérieur.

Fréquemment, lors de séjours dans des hôtels avec piscine ou chez des amis, je l’embarquais dans ma valise. Sa présence me semblait essentielle…

D’autres fois, malheureusement rendue sur place, je regrettai son absence dans mes bagages. D’autant plus que mon oubli me privait des compliments qu’il déclenchait inévitablement !

Pour rien au monde, je ne souhaiterais l’abandonner. Je l’assimile à un bijou !

Prochainement, il va émigrer des terres parisiennes vers les terres percheronnes.