Pascale Grilliat - Une île

Atelier d’écriture du 16/06/2021. Proposition B.

Mon île.

Mon île à moi n’est pas de terre et de mer.

Mon île est toute subjective mais pas imaginaire. Elle existe à l’intérieur de mon être. Elle est probablement mon « moi » le plus authentique. Avec elle, je ne peux pas triché, je suis telle que je crois être. Elle est mon refuge. Elle contient mes rêves, mes désirs et mes fantasmes. Elle m’appartient autant que je lui appartiens. Elle gère mes chagrins, mes déceptions et mes joies. Elle nourrit cette incontestable volonté de bonheur qui me caractérise.

Mon île est ma solitude dans laquelle je me régénère à chaque fois que je le trouve nécessaire. J’y puise ma force, mon enthousiasme et mon optimisme.

Mon île fait partie de mon inconscient et de mon conscient, elle navigue de l’un à l’autre avec aisance.

Mon île est mon évasion. Je lui confie mes sensations et mes émotions pour qu’elle les mémorise et me les restitue au moment où j’en ai besoin.

Mon île est l’ancrage de mon voyage ici-bas.

Mon île est ma vie intérieure, j’y trouve le calme et le silence des profondeurs abyssales, avec mon problème auditif ils sont d’autant plus intenses ! Je m’y plonge et m’y replonge, je m’y abandonne, je m’y prélasse.

Mon île contient mes réflexions et mes décisions. J’hésite quand elle hésite mais nous trouvons toujours des solutions aux problèmes que nous rencontrons.

Comme tout le monde probablement, j’ai une vie intérieure avec mon île à moi et une vie extérieure avec les autres. Je vis entre les deux avec un certain équilibre.

Mais ce dont je suis sûre, mon île est habitée… Elle est habitée par Jacques, l’homme de ma vie, bien qu’il ait quitté ce monde depuis 16 ans. De l’au-delà, son âme est venue s’installer sur mon île, il ne m’a donc pas abandonnée et je l’en remercie chaque jour que je vis. Cela veut tout simplement dire que notre amour est immortel au-delà de notre existence.

Pascale Grilliat