40 - Le parfum des saisons

40 - Le parfum des saisons

Et pour ce sujet plein d’exhalaisons… du moins je l’espère, voici un petit rappel de vocabulaire

L’odeur : Senteur, arôme, fumet, parfum, relent, émanation, bouquet, effluves, bouffées de…

Les verbes :

Respirer : Sentir, respirer, humer, flairer éventer

Répandre : Exhaler, fleurer, embaumer

(Oui il n’y en a pas tant que ça donc vous pouvez emprunter à d’autres registres pour peu que votre texte s’y prête : musical, gustatif, visuel, militaire… etc.)

Et puis des qualificatifs « empruntés » parfois à d’autres vocabulaires :

Fétide, nauséabonde, poivrée, sucrée, musquée ambrée, fade, aigre, douce, amère acidulée

Pénétrante, suffocante, étouffante capiteuse

Tenace, violente, discrète, subtile, obstinée

Et pour vos descriptions, surtout en poésie – n’oubliez pas d’utiliser la métaphore

A - L’odeur de la terre d’enfance

J’appartiens à un pays que j’ai quitté (…)

A la première haleine de la forêt, mon cœur se gonfle. Un ancien moi-même se dresse, tressaille d’une triste allégresse, pointe les oreilles, avec des narines ouvertes pour boire le parfum…

Le vent se meurt sous les allées couvertes, où l’air se balance à peine, lourd, musqué… Une vague molle de parfum guide les pas vers la fraise sauvage, ronde comme une perle qui mûrit ici en secret, noircit, tremble et tombe, dissoute lentement en suave pourriture framboisée dont l’arome enivre, mêlé à celui d’un chèvrefeuille verdâtre, poissé de miel, à celui d’une ronde de champignons blancs (…) Ils sont d’un blanc fragile et mat de gant neuf, emperlés, moites comme un nez d’agneau ; ils embaument la truffe fraîche et la tubéreuse…

Colette – Les vrilles de la vigne

Proposition A - Mémoire

Décrivez ces lieux où vous avez vécu à un moment de votre vie ou bien ce pays où vous avez séjourné suffisamment longtemps pour en garder une mémoire olfactive. Rien ne vous empêche d’enrichir votre texte par des descriptions visuelles et même gustatives pourvu que l’essentiel reste le parfum du souvenir… Vous pouvez décrire aussi bien un lieu, une maison, une région, qu’un événement dans son décor.

B – Rencontre

A quarante ans Fausto fuit dans les hauteurs sauvages un mariage qui a tourné au désastre. Silvia elle a 27 ans et a refusé le confort feutré de son cocon familial pour réaliser ses rêves d’aventure et sa passion des sommets. Ensemble ils vont définitivement tourner le dos au monde d’en bas et se laisser envoûter par la beauté des lieux. La félicité du loup Hymne à l’amour et à la montagne de Paolo Cognetti est à paraitre chez Stock en septembre 2021 (traduction Anita Rochedy)

- Quel bon parfum tu as dit-il. Tu sens le poêle à bois.

- Toi tu sens la grappa.

- Ça te dérange ?

- Non j’aime bien. Tu sens la grappa et la résine, comment ça se fait ?

- C’est les pignons qu’on met dans la grappa ?

- Oui, ceux du pin cembro. On les cueille en juillet.

- Alors tu sens juillet.

L’idée ravit Fausto, c’était son mois préféré. Les bois foisonnants et ombreux, l’odeur du foin dans les champs les torrents qui gargouillent et la dernière neige tout là-haut, après les pierriers : il posa un baiser de sur cette belle clavicule qui saillait.

La félicité du loup

Paolo Cognetti

Proposition B – Imaginaire, fiction

Une rencontre olfactive, amoureuse, amicale ou non. L’important c’est l’odeur, les parfums, ce qu’ils provoquent chez l’autre, le narrateur ou la narratrice, sur ses sentiments, ses impressions, son jugement, son appréciation de la situation. Et cela qu’il s’agisse d’une rencontre amoureuse, d’un bref échange ou même d’un affrontement. L’important dans ce texte sera le rapport entre l’intensité des odeurs perçues et le rythme et la force de cette rencontre ou de cet échange.

C – Réminiscences olfactives

Pour la collection "Essences", Lyonel Trouillot s'est prêté au jeu des réminiscences olfactives. Sans précision de lieu ni d'époque, une mère parle à sa fille. Elle revisite les parfums violents de ses haltes et de ses errances. Un voyage dans le souvenir de cités délabrées, de paysages désertiques, de musiques barbares, de corps défaits et de rêves interdits qui fait naître en elle, comme après chaque épreuve, dans la promesse de l'enfant à naître à qui elle raconte aujourd'hui son histoire, le doux parfum des temps à venir. Lionel Trouillot - Le doux parfum des temps à venir 2013 Actes sud

N'oublie pas, mon amour.

Le paradoxe du parfum,

c'est qu'il libère ce qu'il capture.

Capture la vie et libère-la.

Capture les odeurs de la vie et libère-les.

Qu'elles jaillissent de tes paumes, de tes hanches,

de tes yeux vifs à tout saisir,

mourants lorsque tu t'abandonnes.

Proposition C : Fragments ou poèmes

Sous forme de poème aux strophes courtes ou en prose fragmentée, vous rédigez vos impressions olfactives : Souvenirs brefs, flash-back de saisons anciennes, de vacances, de voyages ou de rencontres, ce sont vos narines qui parlent et se souviennent…

Merci de m’adresser vos textes pour le 30 juillet par mail (en pièce jointe open office ou word)

Si vous souhaitez une image n’oubliez pas de l’envoyer en Jpeg. Pas de Pdf et pas dans le corps du texte s’il vous plait !

Attention : En raison du stage des 10, 11 et 12 août, Il n’y aura pas d’atelier d’écriture en ligne durant le mois d’août. Les ateliers reprendront en septembre et j’espère aussi en « présentiel » et à la Médiathèque…

A très bientôt, j’ai hâte de vous lire !

Sybille

Un petit mot pour vous dire que je trouve vos textes particulièrement réussis, travaillés et aboutis... C'est une joie et une vraie fierté de vous lire. L'atelier en ligne sera "en repos" pendant le mois d'août en raison d'un stage d'écriture que j'anime et auquel certaines participent, mais aussi pour que je puisse "travailler un peu " moi-même. A bientôt... Sybille