45B - Corinne LN - Surprise

Venue de nulle part, elle ne ressemble à personne, les pieds escamotés sous une longue robe parme, elle semble flotter gracieusement sur les pavés du vieux port. D’emblée sa silhouette longiligne parée de couleurs flamboyantes capte tous les regards. Deux longues et lourdes tresses auburn nouées de rubans jaunes s’échappent de son chapeau haute-forme à larges bords piqué de fleurs blanches et de roses vermillon. Elle serre sur son cœur un sac joufflu à franges argentées qui tranche sur son blouson vert pomme. Une étole légère flotte autour de son cou comme une nuée de papillons multicolores dans la lumière du soir. Hélas, on ne peut deviner l’ovale de son visage voilé par un masque carmin barré d’un large sourire clownesque ni ses yeux cachés derrière de larges lunettes de soleil cerclées d’or.

Tel un mannequin incongru, elle défile d’une démarche chaloupée le long des quais bordés de bistrots et de restaurants bondés, indifférente à la foule de badauds et des convives qui se retournent sur son passage. Elle marque une pose devant la terrasse du bar select bercé de musique jazzy où je sirote le premier d’une longue série de gin tonic en solitaire. Elle semble hésiter, se tourne un instant vers l’eau mielleuse du port, les voiliers scintillants et les roches cuivrées dans la lumière du soir. Les rayons orangés du soleil couchant enflamment sa chevelure fauve et dessinent les contours de sa silhouette élancée. Le bar entier semble hypnotisé et suspendu à chacun de ses gestes. Comme les autres, j’attends patiemment la suite du spectacle.

Elle se décide enfin et se dirige vers une table voisine, me noyant au passage dans des effluves de vanille bourbon. Sous les regards appuyés des convives attablés qui l’épient sans vergogne, elle croise délicatement les jambes laissant entrevoir la pointe jaune et froufroutante d’une chaussure qu’on devine haut perchée. Pas le moins du monde ébranlée par l’intérêt qu’elle suscite, elle pose délicatement son sac à terre et, d’une main gantée de velours rouge, elle en extirpe un superbe écureuil roux au poil luisant. Il porte un minuscule collier en cuir rose au bout une laisse cloutée qu’elle attache lestement à son poignet déjà rehaussé d’une bonne dizaine de bracelets multicolores. Le jacquet se perche fièrement sur son épaule et se niche dans la douce tiédeur de son cou comme pour se fondre dans l’épaisseur de ses tresses. La jeune serveuse manque de se faire taper sur les doigts en faisant mine de vouloir caresser le petit animal dans sa cachette. Notre femme fatale passe commande d’une voix rauque presque inaudible et sort de la poche de son blouson un étui à cigarette doré et un briquet assorti qu’elle pose sur la table devant elle mais elle tarde à retirer son masque sans doute pour faire durer le suspense.

Je quitte des yeux un instant cette surprenante starlette pour m’intéresser à ses fans. Autour de moi, les convives sont intrigués, charmés, médusés. Je ne peux réprimer un sourire en découvrant le visage buriné par les sorties en mer des deux jeunes vikings assis derrière moi. Subjugués, ils dévorent des yeux cette mystérieuse beauté. Soudain je vois leurs prunelles s’écarquiller, leur visage s’affaisser, ils restent quelques instants pétrifiés avant de se regarder d’un air absolument stupéfait. Intriguée, je me retourne. La belle a enfin ôté ses lunettes de star et son masque qu’elle a accroché à son poignet comme un trophée. Elle a allumé une cigarette et, certaine de son effet, à l’abri de son chapeau fleuri, elle contemple d’un air satisfait et ironique les tablées alentour. Je découvre un visage pâle et harmonieux, des yeux rieurs, un nez aquilin et une bouche sensuelle soulignée par une moustache rousse bien fournie, qui n’a rien d’un pastiche. Pantoise, je ne peux m’empêcher d’admirer l’aplomb et la décontraction de ce personnage hors du commun. Peu à peu les gens se détournent, gênés, déçus ou amusés devant cet extravagant mélange des genres mais quand nos regards se croisent, je lui offre un sourire complice qu’il me rend avec un clin d’œil appuyé.