45B - Diana W - Miroir ?


Miroir ?

Tous les rendez-vous de l’Atelier sont source d’une paradoxale proximité intimement liée à une romanesque source d’inspiration face aux diverses personnalités acceptant pendant deux ou trois heures de nourrir nos fantasmes, nos hallucinantes et délirantes gamberges littéraires et tout ceci sous une forme studieuse, artistique et inspirée dont je me repais et me régale !

Elle a tout de suite retenu mon regard, mon intérêt et mon attention car le timbre de sa voix, presque un murmure, faisait que je me concentre en me penchant presque pour entendre ses mots.

J’aime cette douceur et caresse d’une voix si différente de la mienne qui semble surgir des ruelles escarpées de Naples et fait songer à l’appel à table des mamas ayant terminé pizzas et pastas !

Son visage me parut assez neutre et sa silhouette trop proportionnée pour être remarquable, je croisais son regard à la fois lumineux et embués dans les voiles du Passé, jeune pourtant mais portant déjà les stigmates de la souffrance effacée superficiellement pour l’instant prête pour la prochaine attaque de mélancolie, la prochaine douleur qui transpercerait cette lumière conquise au prix de la volonté dont le contours de son visage volontaire et aigu trahissait.

Nous n’échangions jamais trop de mots nous concernant directement ni même de paroles d’ordre privé, si ce n’est qu’en écoutant les constructions écrites de nos pensées nous nous révélions probablement bien plus qu’en bavardant …

Son parfum à la fois capiteux et subtil, son élégance extravertie et non pas extra dry retenaient mon attention, je me pris à vouloir l’imiter, je me pris à vouloir me refléter en elle

Je me pris à vouloir être le miroir de son âme imaginaire et pourtant si familière étrangement. Je me pris pour elle.

En écrivant les textes à lire et commenter, j’aimais à imaginer ses pensées, ses expressions à leur écoute et surtout ses opinions et cela fut mon moteur pendant les mois qui suivirent l’ouverture de notre Atelier d’Ecriture.

Le temps il est vrai passe trop vite et le reste aussi Sagesse populaire et enfoncements de portes ouvertes, mais les années de l’Atelier me furent indispensables et prolifiques, mes rendez vous avec cette présence tempérante et quoique fragile , une vraie force.

Un modèle ?

Une route semée d’inspiration, une vraie source de chaleur;

Les couleurs dont elle aimait s’envelopper subtiles et douces, les matières câlines et caressantes, les formes fluides et bruissantes sa présence fugace et omniprésente une somme de paradoxes.

Je ne me rendis pas compte de son absence tout de suite et pourtant elle m’était devenue indissociable du rendez vous du groupe.

Je m’enquis de son absence auprès d’une participante brillante drôle et au courant de tout.

Elle resta interdite et silencieuse pendant un instant, me regardant profondément .

Puis, fouillant dans son sac en extirpa un petit objet qu’elle me tendit se leva et partit.

Regardant ma main je ne vis qu’un petit miroir ne reflétant que mon visage curieux et curieusement serein.