Dominique Olsenn - Rupture


Tu es là, campée sur les rives de ta pensée comme au bord d’un précipice. Attirée… fascinée… terrifiée. Sauras-tu chavirer jusqu’aux tréfonds de ta question, en curer les gouffres inconnus pour te résoudre à l’impensable ? L’invraisemblable ébouriffe la réalité parfois, n’est-ce pas ? Quels sont les chemins à emprunter pour ausculter, débusquer, interroger ce qui te tient, te retient et te détient ? Tu tâtonnes et hésites. Comment aller au-devant du manque, de l’absence, de la rupture ? Tu voudrais savoir oser… pouvoir dépasser…. Tu sais que tu dois renoncer. Tu as appris que renoncer, c’est aussi accomplir. Séparer. Voilà ton inquiétude. Quitter.

Mais il te faut d’abord envisager ta vie sans elle, sans sa présence permanente qui te tient lieu d’oasis, de béquille… Si tu la quittes, que feras-tu de tous ces moments qui, pleins d’elle, te ravitaillaient de silence, repos ou consolation. Tu savais qu’elle ne te lâcherait jamais. Jamais. Et te voilà, décidée et irrésolue devant l’arrachement qui se profile. Effarée et honteuse aussi de ton désir.

Vas-tu risquer de franchir la frontière que tu portes en toi ? Sauras-tu démolir ce mur dressé autour de toi ? En auras-tu la force ?

Il n’est pas question de force n’est-ce pas ? Ou alors de la puissance de ton désir simplement. Il te conduit vers ton autre intime, lui qui ne craindra pas de porter le glaive de l’abandon pour se sauver. Tu l’abandonneras, elle, pour te retrouver, toi. Libre. Entière.