Aziza A. L'abri des mots à Fuerteventura


A L’ ABRI DES MOTS A- Proposition Fiction

C’est le mois de Décembre, il fait froid, gris à Paris, c’est la routine : métro, boulot, dodo ! Maman d’un petit garçon et d’une petite fille, je vais aller chercher la plus jeune à la maternelle. Bientôt les vacances d’hiver, je commence à déprimer par cette routine où je ne fais pas grand-chose tellement fatiguée par cette constante ; une espèce de charge mentale qui m’envahit. J’en parle à mon mari qui décide de réserver et de partir en vacances loin de la ville pour nous permettre de voir moins d’immeubles et un climat plus tempéré. Nous choisissons d’un commun accord de repartir aux îles canaries et plus particulièrement Fuerteventura où le climat est fabuleux mis à part un peu de vent ; une brise légère ! Pourquoi ce choix ? Car c’est une destination idéale au soleil à quelques heures de vol … C’est un paysage volcanique, une île riche par sa nature tellement diversifiée par ses cactus et sa végétation luxuriante. Nous prenons donc l’avion avant même que les vacances scolaires ne débutent. Nous arrivons à l’aéroport de Fuerteventura et nous enlevons déjà nos manteaux à cause de la transpiration causée par la chaleur et nous nous dirigeons vers l’agence de location de voiture. Nous partons ensuite vers notre gîte qui est une yourte : une maison écologique où on a pris que des affaires personnelles nécessaires proche de la plage. Sur le trajet, nous admirons l’océan atlantique, les dunes au loin, et les palmiers se dresser le long de la plage : ce panorama époustouflant ! Toutefois même si nous étions déjà venus il y a environ 10 ans pour notre voyage de noce, nous ne connaissons pas encore bien la situation liée au covid, même si l’état sanitaire du pays est plutôt maîtrisé. J’espère beaucoup de ce voyage afin de m’évader l’esprit, me dépayser, de ne faire qu’une avec la nature, d’épouser cet environnement. Je redécouvre l’île et je rêve de la parcourir du nord au sud, de diversifier les déplacements entre terre et mer, entre les sensations fortes et le calme paradisiaque ! Nous admirons les oiseaux et plus particulièrement les mouettes et les pélicans, qui survolent le long de la plage en produisant un air mélodique. Une belle atmosphère se dégage grâce un chanteur à proximité de la côte qui part le rythme de ses instruments fait danser ma fille ainsi que d’autres visiteurs. Des personnes de tout âge viennent sur tout le littoral soit pour s’allonger, lire un bouquin, s’amuser, danser, jouer au volley-ball ou alors tremper leur pied dans l’eau fraîche. On voit des vendeurs ambulants qui transportent des boissons rafraichissantes et des fruits secs sur tout le rivage. Auparavant, j’étais venue en club de vacances mais je profitais des bons moments avec mon époux pour notre voyage de noces. Alors que là c’était plutôt pour fuir la monotonie, le tumulte de la vie habituelle et quotidienne, la routine … pour m’évader de ce consumérisme, des besoins superficiels et infondés générés par la société et le capitalisme. Ce voyage représente plutôt la détente, la liberté et la découverte vers d’autres horizons mais aussi le repos, l’occasion de ne rien faire ! Je pars pour deux semaines donc assez pour faire le point et de partager ces moments en famille ! Mais aussi parfois seule, de faire connaissance avec moi-même ! J’ai voulu visiter l’île de LOS LOBOS qui est sensationnelle grâce à son paysage lunaire, spectaculaire et sauvage. Nous marchons moi, mon mari et nos deux enfants qui étaient extrêmement épuisés par cette randonnée sous la chaleur écrasante. Oui nous avions nos gourdes d’eau mais nous avions fait le tour de l’île soit environ 4 heures en nous reposant environ 45 minutes afin de se rafraichir dans une source d’eau naturelle. Une piscine naturelle et transparente entourée de galets où l’on voit les poissons colorés, mes enfants qui jouent et s’amusent, c’est une relaxation inouie sous les rayons du soleil : une joie pour les yeux, pour tous les sens ! C’est une ancienne île où vivaient des phoques autrefois où après avoir marché on se sent épuisés mais tellement fiers d’avoir parcouru des kilomètres sous le soleil en admirant ces collines qui sont tantôt rouges, blanches, ou brunes. Nous parcourons la montagne La Caldera où nous avons une vue surprenante d’un décor digne d’un Far-west où se rencontrent quelques touristes français, allemands, italiens et anglais. Nous observons tout ce site à environ soixante mètres d’altitude avec une vue panoramique ! C’est tellement exceptionnel de voir en hauteur les différentes formes irrégulières des massifs que nous offrent ce site et toutes ces dimensions et ces couleurs qui se marient si bien ! Nous ne connaissons pas ces voyageurs par contre nous avons tous un point en commun l’amour de la nature et nous nous saluons en anglais en espagnol à chaque instant en nous rencontrant à chaque recoin de cette magnifique île. Ma fille s’est fait mal avec un caillou sous le pied nous avions oublié la trousse de secours et un brave homme Canarien nous remet un pansement pour permettre à ma fille de soulager la douleur de sa plaie : c’est la magie de cette localisation qui rassemble les âmes. Le voyage c’est aussi les rencontres, la solidarité, le choc des cultures, c’est sortir des sentiers battus, de son confort habituel afin de se surpasser et de se rendre compte de la réalité. C’est aussi une façon de s’isoler loin de tous, loin de nos proches et de nos familles afin de se donner rendez-vous au calme, de réfléchir à nos projets ou tout simplement de prendre du recul ou de planifier le reste de sa vie. C’est aussi de se découvrir soi-même, ses forces et ses faiblesses, de réaliser que l’on peut vivre sans toutes ces futilités. Ce moment de « solitude » loin de son cocon habituel permet de faire le vide dans sa tête, de décompresser de n’avoir aucun stress aucun engagement aucune obligation ! Se sentir libre mais aussi d’apprécier les autres faisant du surf et d’autres activités autour de la mer, de la montagne, de faire du buggy et donc de vivre des sensations fortes et agréables pour se fortifier l’esprit. Il m’arrivait aussi de marcher les pieds nus sur le sable blanc de sentir vraiment la terre, d’être proche d’elle et simplement admirer ciel et mer. Juste de faire le vide, une envie de vouloir vivre avec peu mais avec une meilleure qualité de vie, d’éviter de surconsommer juste de s’abreuver d’eau, de corossol ou de jus de fruit frais à la papaye ou à la mangue. Apprécier les bonnes choses si simples que nous offre déjà la nature de la respecter et d’en prendre soin, observer et écouter seulement ! Les couleurs primaires : le jaune et le bleu qui surplombent l’île reflètent une grande partie de l’horizon mais nous découvrons petit à petit les trésors cachés de Fuerteventura. Nous prenons la voiture à l’aube car nous avons un trajet d’environ 2 heures à faire pour découvrir un village magnifique où les contrastes sont nombreux. Un village si charmant qui nous épate dès son entrée où l’on peut apercevoir avec deux grandes statues qui représentent d’anciens soldats dans le village où se trouve une grande partie de l’aloé vera : cette plante si fascinante aux mille et une vertus ! Cette ville très fleurie comporte des couleurs variés avec des arbres des fleurs, des ruelles qui ressemblent à autrefois comme si nous étions à une époque médiévale. Le village Betancuria dont la verdure, les plantes et fleurs rouges et jaunes surplombent les rues dont le sol est de gravier, les maisons blanches entourés des dunes et de palmiers. Une ville pittoresque avec seulement 200 habitants avec un côté provençal où on peut découvrir une jolie église et quelques musées d’art sacré et de l’artisanat, on peut voir l’exposition de photos sur le thème de la faune et de la flore et des magasins de souvenir. Nous visitons ce magnifique endroit rempli d’histoire et riche de contenu. Nous terminons notre séjour par une virée en bateau réchauffés par un magnifique soleil qui projette ses rayons sur nous et et sur les rochers, nous admirons les vagues, la hauteur des montagnes, le ciel bleu… La mer est joyeuse et semble vivante grâce à la végétation si naturelle provoquée par la source volcanique des iles canaries ! Nous quittons l’île de Fuerteventura avec amertume, mais j’ai savouré ces bons moments de plénitude même les soirées où on admirait si bien les étoiles. Nous laissions la porte ouverte dans la yourte où nos seuls voisins étaient nos amis écureuils. Mon fils et ma fille s’amusaient à leur donner des graines ; tous ces souvenirs sont si lointains maintenant mais tellement proches et ancrés dans ma tête. Nous avons failli rater l’avion est-ce un signe ? De devoir poser bagages ? De rester vivre dans un tel environnement si accessible ?