Diana W. La maison intérieure

Proposition B

La Maison Intérieure

Alden avec son talent et riche vie intérieure a réussi à se persuader que son retrait dans la petite maison au coeur de cette superbe nature était une façon de s’isoler, tandis que régulièrement sa mère aimante déposait des vivres sur le rebord de sa fenêtre, il subvenait à ses besoins robinsoniens par le biais de la petite chasse et pêche . Au fil du temps il y a cru et encore mieux ce retrait aussi près soit-il du jeu, a déclenché des pensées et des lignes que son talent a si merveilleusement mises en valeur.

Qui peut miser sur une illumination déclenchée par un jeu de rôles talentueux?

Autours de notre corps et non pas au plus profond, il y a cette barrière de lumineuse défense contre les agressions diverses, ce bouclier contre lequel les flèches de sentiments ne nous étant pas propres, même amoureux, une sorte d’ aura doucement dissuasive nous demandant de prendre ce recul indispensable à la protection de notre profond et si précieux monde intérieur.

Un ami sculpteur polonais Igor Mitoraj m’a offert un dessin fort et puissant comme seuls les sculpteurs savent créer représentant la silhouette du torse d’un homme avec une forme géométrique au niveau du coeur telle l’entaille du marbre dont la future sculpture serait composée et intitulé son dessin

La Maison du sculpteur.

La Maison de l’écrivain, du Poète, du musicien de tout être humain artiste ou non, au moment où il ressent ce besoin de sortir du materiel immédiat et quotidien, un refuge inviolable intime et protecteur où tout ce qui n’est pas nature profonde et communion avec la Nature n’a pas sa place.

Refuge palpitant au rythme du coeur dans le bien être duquel moi aussi je me réfugie souvent évitant ainsi une usure de mes espoirs et de mes rêves et prolongeant ainsi mon pouvoir de rêver, ma force d’espérer et mon appétit de vivre chaque jour comme la création d’un nouveau monde, d’une nouvelle aventure et la certitude de l’éternel retour du miracle du jour.

Où mieux qu’à l’intérieur de soi y a t’il tel miracle ?

Ma cabane protectrice de mes rêves d’enfants n’a besoin ni de clous ni de planches ni de paille ni de nourriture matérielle elle est la seule part de moi de nous qui se nourrit d’elle même et ne peut endosser un déguisement et jouer un rôle, elle ne fait pas semblant, elle nous permet simplement de faire un pas de côté et d’observer où nous sommes, ce que nous sommes et qui nous sommes au rythme de notre souffle et des battements de notre coeur.

Portative, aisément placée au milieu de tout paysage urbain ou sylvestre la Maison du Moi profond est le palais modeste et protecteur de nos rêves intimes.