04 A - Dominique B - Chambre en vue

Une nouvelle journée …lecture des mails…qui est ce Pierre qui m’écrit ? « Chère Dominique,

Bien que nous n’ayons pas été présentés formellement, je vous connais depuis 67 ans, 115 jours, 8 heures et 12 minutes. Mes registres parfaitement tenus à jour, m’informent et enregistrent vos moindres faits et gestes. Par exemple, je sais qu’à l’âge de 7 ans, vous avez mangé en cachette des chocolats en forme de poisson…pour fêter vos 20 ans, vous portiez une délicieuse robe vert céladon qui faisait ressortir votre bronzage…à 42 ans, après avoir divorcé d’un mari inconséquent, vous êtes tombée follement amoureuse d’un homme qui ne vous convint finalement pas du tout…à 43 ans aussi d’ailleurs…après une pause de 2 ans vous avez à nouveau tenté le diable, si je puis le formuler ainsi, et enfin lassée de vos déboires en série, vous avez opté pour un célibat paisible simplement parsemé de quelques nuits disons de …détente ? On m’a noté en marge que vous continuez cependant à rêver du Prince Charmant ! Dominique ! Il est vrai que le raisonnable vous habille mal…

Vous n’êtes pas sans savoir qu’une épidémie meurtrière ravage votre belle Terre. Nous sommes débordés ici mais tout le personnel participe à l’effort et j’ai le devoir de préparer, organiser les arrivées et les installations futures. Bien que je n’aie encore aucune date précise à vous fournir, je ne saurais trop vous engager à répondre à ce courrier dans les plus brefs délais. En effet, malgré la règle que nous suivons scrupuleusement depuis des siècles, nous ne sommes plus en mesure d’assurer que les derniers seront les premiers ! Il vous appartient donc, si vous désirez bénéficier d’un environnement à votre goût, oserais-je dire « paradisiaque », de me faire parvenir toutes affaires cessantes une description détaillée de votre lieu de vie définitif et perpétuel.

Il vous faudra d’autre part énumérer et détailler au moins trois bonnes actions que vous auriez accomplies pendant votre séjour sur terre ! Vous verrez que ce ne sera pas si facile…mais il nous faut bien récompenser chacun selon ses mérites ! Un peu marxiste comme concept ? On nous l’a déjà reproché …ce ne sera pas la première fois que nous adopterons les idées d’un juif converti !!!! Quoiqu’il en soit, vous n’avez pas le choix !

Dans l’attente de votre réponse, chère Dominique, je vous envoie mes plus belles pensées…

Votre dévoué,

Pierre, Saint

Ciel ! Une réponse immédiate s’impose…la moindre des politesses !

Cher Monsieur Pierre,

Je ne saurais trop vous remercier pour votre prévenance. Votre lettre, bien que surprenante, m’a remplie d’espoir ! Je suis donc attendue quelque part ! Est-il un bonheur plus profond et exquis que celui-là ? Quelle coïncidence… la radio joue « Only you » en ce moment ! Seriez-vous un peu magicien…ou sorcier ?

Avant de vous énumérer mes mérites, permettez-moi de vous décrire mon lieu de vie dans vos contrées…je suis tellement impatiente de lui donner forme et réalité ! Commençons par ma chambre…elle devra être orientée à l’est afin que mon réveil soit illuminé chaque matin des premières lueurs de l’aube. L’un des quatre murs sera une baie vitrée ouvrant sur la mer qui clapotera en contrebas sur le sable blond d’une petite crique bordée de lauriers rouges. Les odeurs du maquis environnant nourriront mes sens de parfums ardents et enivrants. Le ressac léger bercera mes endormissements nocturnes de sa musique feutrée. Des draps blancs de coton égyptien, je vous prie, pour mon grand lit face à cette immensité. Et deux oreillers…on ne sait jamais n’est-ce pas ? Oserais-je demander une cheminée dans un coin pour les soirées fraiches ? La mer…le feu…pourrais-je souhaiter spectacles plus féconds et généreux ? Une bibliothèque me sera indispensable et devra occuper tous les murs, réservant çà et là un espace pour un tableau ou un dessin. « L’origine du monde » est-il autorisé ? Ce tableau de Hopper « Room by the Sea » sera comme une autre fenêtre sur la mer. « Taches de poussière dansant dans les rayons du soleil » de Hammerschøi apporterait une sérénité simple, de bon aloi dans une chambre. Bien sûr, « Le buisson » de Matisse complètera parfaitement cette petite collection. Si d’aventure, « Petit arbre à la fin de l’automne » d’Egon Schiele était disponible, il permettrait le rappel des tourments d’une vie et de savourer avec gourmandise leur suspension ! Un salon pourvu d’un canapé de velours d’un rouge sombre aux coussins de plume dodus pourra m’accueillir dans mes moments de lecture et de réflexion. Une chaine stéréo de qualité s’impose forcément. Une deuxième cheminée ? Ah …important…exposé à l’ouest pour jouir des éclats cuivrés du soleil couchant sur une sorte de jardin des oliviers, modeste bien entendu ! N’oubliez pas une chaise longue et un parasol, essentiels à une belle vie ! La cuisine…blanche…la salle de bain…rose poudré pour la bonne mine ! Frigidaire ? Coca zéro…pour le reste je verrai au jour le jour ! Je suis sûre de ne manquer de rien au milieu de ces verts pâturages.

Me voici parvenue au moment de confesser mes fiertés…

1°) Je n’ai pas tué ma mère. Voilà plus de 67 ans que je résiste, que je m’arc-boute contre cette tentation de mettre fin à ce tourment… sans fin ! Mais j’ai donné la vie, trois fois, et ne suis pas faite pour donner la mort, sauf aux araignées ! Je vous en prie, ne me tenez pas rigueur de cette dérisoire extravagance !

2°) J’ai aimé…les autres …différemment mais avec passion souvent. Que c’était bon d’aimer ! Je ne regrette aucun de mes amours ni aucune de mes déceptions…tous m’ont fait cheminer et dépasser les gouffres mesquins de l’amertume.

3°) Last but not least…j’ai enseigné pendant 25 ans les mêmes conjugaisons…les mêmes tables de multiplication…fait une dictée par jour…mouché des nez ou pansé des genoux écorchés…écouté les mensonges les plus abracadabrantesques des parents de mes élèves…obéi à des directives absurdes…fait pipi à heures fixes…failli périr d’ennui au milieu des loups et des sorcières des placards à balais ! Oui, bien sûr, il y eut aussi des éclats de rire et des aveux d’une tendresse infinie…

Je n’irai pas plus avant Monsieur Saint Pierre. Surtout ne vous sentez pas contraint de préparer mon logement à la hâte. Je suis actuellement sous contrat avec la vie et souhaite pouvoir honorer mes engagements.

Je reste, Monsieur, votre obligée…

Dominique

P.S. : Quelques orages seront les bienvenus, ainsi qu’un masseur et un saxophoniste de temps à autre.