04B- Corinne LN - Pégase

Il a surgi de nulle part, sublime et majestueux. Son galop sourd et puissant faisait trembler la terre. Il s’est arrêté à me toucher et il s’est cabré. Ses sabots luisants défiaient le ciel d’été. Il a soufflé, il a piaffé puis, comme je ne bougeais pas, il s’est tu. J’aurais dû être terrifiée mais j’étais envoûtée. Il était la beauté même. Le soleil scintillait sur sa robe d’ébène et ses muscles puissants. Sa tête fine tremblait toujours. Il a posé sur moi l’amande de son œil noir et il a vu que j’étais tombée en extase. Alors, il est venu plus près encore. Il a respiré mes cheveux, il grognait doucement. Sa crinière soyeuse caressait mon visage. Il a posé le velours de ses naseaux frémissants dans mon cou. J’ai mis la main sur la courbe tiède et satinée de son encolure et j’ai touché le paradis. J’ai fermé les yeux pour mieux profiter de l’instant et nous avons partagé le même rêve. Nous galopions dans les steppes arides, nous volions sur l’herbe rase, nous n’étions qu’un et nous étions seuls au monde. Pure magie. Il s’est évanoui tel un mirage dans une folle cavalcade. Quand j’ai ouvert les yeux, il était déjà loin. Il a jeté une dernière fois ses sabots vers le ciel et sa croupe chatoyante a disparu à l’ombre d’un grand chêne.

Corinne LN